Tribune Libre

Agriculture : les aides au bio non réglées

La Confédération paysanne déplore que les aides promises MAEC et aides Bio ne soient toujours pas payées fin juin

« Toutes les aides PAC seront payées au 15 mars », tel était le discours du premier ministre Gabriel Attal le 26 janvier dernier.

Une annonce parmi d’autres, pour répondre à l’embrasement dans la rue du monde agricole. Pour autant le gouvernement savait déjà que certaines aides du second pilier, les seules mesures progressistes et efficaces de la politique agricole commune, ne pourraient être payées aussitôt.

On nous dit que la cause est la nouvelle mouture de la PAC et ses mesures, celles-ci ne pouvant toujours pas être instruites, faute de logiciel opérationnel.

Nous ne pouvons pas accepter cette réponse

Quelle entreprise peut fonctionner et s’orienter vers de nouvelles pratiques sans pouvoir être sûre de compter sur les financements promis ?

Comment continuer à passer des contrats avec l’État pour aller vers des pratiques plus vertueuses (maintien des prairies, préservation de la biodiversité et la qualité de l’eau, implantation et le maintien des haies…), sans des rétributions supplémentaires et une réelle reconnaissance du service rendu à toute une société ?

Face à ces retards de paiement, la Confédération Paysanne de Loire-Atlantique veut alerter sur les difficultés économiques générées pour les paysannes et paysans et Dénoncer le non suivi de ces mesures pourtant indispensables.

La situation actuelle est l’illustration des politiques d’économies faites dans les services publics, que nous dénonçons depuis longtemps.

Dans un contexte de météo très difficile pour toute les productions et qui engendre des difficultés de trésorerie notables sur les fermes, ce non-versement est un très mauvais signe après les colères exprimées en ce début d’année.

Cet article est un Tribune Libre.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page