Lo’Jo à la Bouche d’air

Lo’Jo à la Bouche d’air, mardi 5 octobre 2021, à 20h30. Denis Péan et sa bande arrivent à Nantes. Ils sont sur la scène de la salle Paul Fort mardi 5 octobre, à 20h30.

Depuis plus de trente ans le groupe promène sa poésie onirique sur les chemins du monde, inventant à travers de nombreux albums, concerts et collaborations prestigieuses (Robert Plant, Tinariwen, Archie Shep, Tony Allen, Robert Wyatt) sa propre musique universelle. Face à un monde en plein bouleversement, ses compositions vibrantes d’humanité, son folklore singulier, ses rythmes chamaniques et poétiques, nous convient à une Transe de papier des plus hypnotiques, dans le tourbillon d’un groupe à la trajectoire unique.

« Espace de liberté et de vérité » le monde de Lo’jo se réinvente au gré de ses voyages, ses rencontres plurielles et des intempéries.

Transe de papier, leur dernier album date de 2020. Il a été papier a été enregistré entre l’Anjou et le mythique et magique studio Real World en Angleterre.

« Je ne reviens pas pareil ! »… Le refrain du premier morceau de Transe de papier annonçait l’air du temps et l’espérance de l’année 2020. « Je ne reviens pas pareil » de ce moment où le ciel soudain tout bleu nous est tombé sur la tête. « Je ne reviens pas pareil » de l’écoute de Jeudi d’octobre et La Rue passe, les deux chansons de l’album qui accueillent le batteur Tony Allen, sans doute pour un de ses derniers enregistrements. « Je ne reviens pas pareil » de ces souvenirs de voyages, de lieux et de parfums. « Je ne reviens pas pareil » de ce disque qui fait affleurer et danser tellement de sensations et d’émotions enlacées : de l’anxiété et de l’espoir, de la colère déterminée et de la tendresse, de l’introspection et des visions hallucinées, des certitudes
ébranlées et de la confiance.

Justin Adams, réalisateur de l’album

Mais si cet album résonne comme celui d’un monde chamboulé, c’est d’abord parce qu’il raconte celui de Lo’Jo – de l’universel à l’intime, et inversement. Pendant quelques longues lunes, Lo’Jo a fonctionné à la façon d’une petite communauté semi-nomade et furtive (comme chez Alain Damasio), qui avait jeté l’ancre dans une ancienne ferme de la campagne angevine. Là, autour de Denis Péan, le façonnait et enregistrait sa musique entre deux voyages, mais aussi accueillait les enfants des écoles et des artistes du monde entier. Plus qu’un groupe, Lo’Jo était devenu une micro-société alternative, une utopie au coin du chemin.

Et puis, après 17 ans de résidence, Lo’Jo a dû quitter son nid. Ils s’en sont remis. Comme, dans l’impor- tante chanson Blackbird, l’esclave qui saute d’une falaise et se transforme en oiseau, en puissant moineau peut-être. Transe de papier est le premier album de leur monde d’après.

Lo’Jo à la Bouche d’air
Salle Paul Fort
9 rue Basse Porte – Talensac – 44000 Nantes
Placement libre
mardi 5 octobre 2021
20:30
de 14.60 à 26.60 €

On réserve ici

Lo’Jo sera également dans la région cette semaine. Jeudi 7 octobre, le groupe se produit sous chapiteau au Parc du Thabor, à Rennes, dans le cadre du Festival Le Grand Soufflet.

Articles similaires

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page
0:00
0:00