Châteaubriant

702 logements vacants à Châteaubriant

Les services de l’État critiquent ouvertement le Plan Local d'Urbanisme proposé par la ville de Châteaubriant. La sous-préfecture du nord de la Loire-Atlantique se désertifie.

702 logements vacants à Châteaubriant. Sur l’ensemble de la Loire-Atlantique, le taux de vacances des logements est de 5,8 %. Soit le deuxième taux le plus faible au rang national. A contrario la ville de Châteaubriant détient un triste record. 11% de logements vacants.

La Mission Régionale d’Autorité environnementale des Pays de la Loire (MRAe) vient de rendre son rapport sur le projet de révision du plan local d’urbanisme (PLU) de Châteaubriant.

Le rapport parle de nombreuses imprécisions, d’oublis, de doublons

«On note cependant qu’après une croissance démographique de 12000 à 14000 habitants entre 1968 et 1982, la population de Châteaubriant a diminué jusqu’en 1999 (12065habitants). Et s’est stabilisée à ce niveau depuis lors. Malgré une progression de la construction de logements et l’artificialisation des sols à usage d’habitat. En effet, la hausse de 1,45% concerne uniquement 2014/2015… Et la population serait ensuite redescendue à 11854 habitants selon les chiffres publiés par l’INSEE début 2019. »

Diagnostic socio-économique du territoire faussé

« Le diagnostic socio-économique donne un bon aperçu du territoire et de son fonctionnement. Cependant, les données démographiques, pour partie erronées…Peuvent être de nature à fausser le parti de développement démographique retenu. »

Souvent, le maire de Châteaubriant parle d’augmentation de population. De l’ordre de 1% par an. Ce chiffre ne se base sur rien. C’est une supposition que l’INSEE balaie vite en  janvier 2019. Par ailleurs, les données de l’état civil nous donnent 90 naissances pour 150 décès pour l’année passée.

La population vieillissante de Châteaubriant risque ainsi de grossir dans les années à venir. Pour des raisons de commodités, les retraités ruraux quittent les communes environnantes au profit de Châteaubriant, ville-centre. Cette population des petites communes paye d’ailleurs pour les équipements concentrés à Châteaubriant.

702 logements vacants à Châteaubriant, un taux particulièrement élevé

La commission MRAe recommande de mieux justifier la prise en compte des zones humides.

Sites, paysages et patrimoine bâti.

« Le projet de PLU prévoit que toutes les constructions sont soumises à permis de démolir. » poursuit le rapport de la commission MRAE. « Il édicte des mesures de protection du patrimoine bâti et du petit patrimoine, identifiés comme un enjeu de maintien de l’identité communale [de Châteaubriant_NDLR].

Cependant, peu d’éléments sont retenus à protéger malgré la richesse et l’importance numérique des éléments répertoriés…Il serait important de veiller plus étroitement à ce que les formes urbaines des secteurs à bâtir viennent enrichir et mettre en valeur les caractéristiques urbaines locales. La dimension patrimoniale des orientations d’aménagement et de programmation sectorielles gagnerait ainsi à être complétée. En vue d’une adaptation plus harmonieuse au tissu historique existant. La MRAe recommande de renforcer la protection et la restauration du patrimoine bâti. »

On voit chaque année, à Châteaubriant la destruction de lieux de mémoire. Et le manque de cohérence de l’urbanisme.

Le projet remis volontairement bâclé, copie à revoir

Au chapitre Caractère complet et qualité des informations contenues dans le rapport « Le dossier de PLU transmis [par la commune de Châteaubriant-NDLR] à la MRAe ne comporte pas de liste de pièces. Le rapport de présentation se compose de 4 volumes totalisant plus de 500 pages. Les trois volumes intitulés «diagnostic» et «justification des choix», tous deux réalisés en régie. Et «évaluation environnementale», réalisé par un prestataire privé, sont assemblés par une reliure commune mais font l’objet de paginations distinctes.

Le résumé non technique figure quant à lui de façon inappropriée parmi les annexes du PLU. Ce qui le rend peu accessible au lecteur. Le rapport comporte, mais c’est aussi le cas d’autres pièces du dossier… De nombreux doublons, imprécisions, paragraphes sans rapport évident avec leur intitulé et renvois peu éclairants. Liés à des défauts de construction interne des documents et d’actualisation des données . »

Comme par exemple cette référence à l’aéroport de Notre Dame des Landes qui ne verra pas le jour.

En résumé, les services de l’État retoque le projet de révision du plan local d’urbanisme (PLU) de Châteaubriant.

La volonté du maire de Châteaubriant est toujours de construire en lisière de ville. De grignoter de la terre et de l’espace agricole. Il souhaite sa rocade contournant et isolant un peu plus Châteaubriant. Loin des autres villes et des voies de communications.

A l’heure où l’on doit être économe en énergie, il convient de densifier Châteaubriant. De remettre l’humain au cœur de cette ville.

Il manque vraiment peu de choses pour que Châteaubriant redevienne cette cité où il fait bon vivre. Ensemble. Une réhabilitation du centre-ville est nécessaire. Elle doit se faire avec tous ses habitants.

Tags
Bouton retour en haut de la page
Show Buttons
Hide Buttons
Fermer