Châteaubriant

Vulves, les rencontres vulviques, pour le droit des femmes

Les rencontres vulviques sont animées par un collectif de femmes du pays de la Mée. Trois jours d’animation à la Charrue autour de la journée des droits des femmes

Les rencontres vulviques, c’est une initiative de femmes qui vivent dans le secteur de Châteaubriant. Cela débute le jeudi 7 mars, à 20h avec un atelier participatif « dessine ta vulve » à La Charrue. Ces dessins qui participeront à l’exposition « VULVES ».

Vendredi 8 mars, 21h à La Charrue vernissage de l’expo « VULVES »

Nina Faustine, Anne Sterkendries, Luje, Bobar, Dana Grenade,  graphistes, artistes plasticiennes, exposent leurs visions personnelles et respectives.

A 21h, concert de Lullabox, groupe de Pop vocale dessinée.

Le duo Lullabox réunit sur scène une chanteuse et une graphiste plasticienne. La voix est l’unique instrument et le sampleur le seul outil utilisé par la chanteuse angevine Virginie Brébion, qui compose et crée sur scène des morceaux oscillant entre mélodies pop, impros vocales et boucles rythmiques trip-hop, hip-hop ou afro, à partir de textes écrits pour la plupart, par Tony Stowers.

De son côté Nathalie Guimbretière anime des illustrations sur papier à l’aide d’outils numériques. Les dessins se mettent alors en mouvement sous les yeux des spectateurs.

Un concert dessiné prend ainsi forme, où le son et l’image sont créés en temps réel et se font écho. Une expérience sonore et visuelle sensible.

Autres rendez-vous des rencontres vulviques

Samedi 9 et dimanche 10 mars 2019, participation à la journée des droits des femmes au Château de Châteaubriant. Atelier petite et grande histoire et panneaux informatifs sur le corps de la femme.

Mardi 9 avril, 20h,  à La Charrue,  Juliette Rousseau , auteure du  livre « Lutter ensemble pour de nouvelles complicités politiques ».

rencontres-vulviques-Juliette-RousseauDe la ZAD à la Palestine, de la marche pour le climat de New York aux camps de réfugié·es de La Chapelle, Juliette Rousseau part à la rencontre de collectifs féministes. Qu’ils soient antiracistes, LGBT ou de justice climatique.

Ces collectifs interrogent les différents rapports de domination liés à la classe, au genre, à la race ou encore à la condition physique et mentale. À partir de nombreux entretiens, ce livre invite à explorer les nouvelles formes d’organisation et de solidarité politique qui se nouent entre les personnes concernées.

«Ce livre n’est pas un livre de théorie politique, mais un livre de pratiques de lutte. Il répond à une urgence : celle d’apprendre à nous organiser pour faire face à ce qui est déjà là, à créer des solidarités entre personnes subissant différentes oppressions, à articuler nos espaces sans entamer nos autonomies, à nouer d’autres complicités. Ce dont il s’agit finalement, c’est de transformer les possibles de ce que l’on est socialement en outils de lutte : une lutte qui consiste à la fois à attaquer le monde normé et oppressif tel qu’il est, et à composer collectivement une préfiguration de ce qu’il pourrait être. Ce livre invoque la puissance transformatrice dont les luttes sont parfois capables.»

Samedi 25 et dimanche 26 mai stage d’auto défense avec l’association GAST

Les rencontres vulviques sont animées par collectif de femmes du pays de la Mée créé en septembre 2018. « Nous souhaitons défendre les droits des femmes aujourd’hui. Et notamment dans le pays de la Mée. Faire du lien entre femmes, discuter, proposer des occasions d’améliorer notre quotidien. Organiser des évènements (débats, ateliers, films…). Car ici comme ailleurs notre statut de femme est une chance mais aussi un facteur de discriminations. »

N’hésitez pas à venir nous rejoindre avec vos différences… Contact 06 22 33 15 69 et couefes-collectif@protonmail.com

Tags

Articles similaires

Fermer
Aller à la barre d’outils