Tribune Libre

Collèges privés de Loire Atlantique : la gauche départementale ou le dogmatisme en action 

Le groupe Démocratie 44 dénonce dans une Tribune Libre, les tensions qui subsistent entre Michel Ménard, président du conseil départemental et le direction diocésaine de l'enseignement en Loire-Atlantique.

Collèges privés de Loire Atlantique : la gauche départementale ou le dogmatisme en action. Ce mardi 14 novembre, Michel Ménard Président, et Vincent Danis, Vice-président du conseil départemental en charge de l’éducation, recevaient comme chaque année la direction diocésaine de Loire Atlantique ainsi que les directeurs des 54 collèges privés sous contrat d’association avec l’État.

Cette réunion intervenait dans le contexte de discussions engagées par le Département sur la définition du montant du forfait des collèges privés. (aides accordées par le Département pour le fonctionnement de
ces établissements qui constituent une obligation légale).

La position dogmatique de la majorité départementale

Après une intervention du Directeur diocésain, deux représentants des chefs d’établissements ont pris la parole pour dénoncer la proposition faite par le Département et les risques que la position dogmatique de la majorité départementale fait peser sur les familles de Loire Atlantique. A l’issue de cette prise de parole, après avoir indiqué qu’ils s’opposaient à la signature de la convention fixant le montant du forfait, les directeurs de collèges ont quitté la salle en signe de protestation.

Cette situation de tensions, inédite dans notre département, n’est malheureusement que la traduction des multiples alertes portées en sessions, en commissions permanentes et en commissions par les élus du Groupe Démocratie 44.

En octobre dernier, encore, par la voix de son président Laurent Turquois, le Groupe rappelait que « les nombreuses discussions que nous avons pu avoir avec les chefs d’établissements des collèges privés de nos cantons démontrent que les inquiétudes sont fortes et réelles ».

Le Groupe faisait part de ses très fortes interrogations sur les raisons expliquant une baisse du forfait de 1,5% quand « la région a décidé de réévaluer son forfait de 8%, que les communes de Loire-Atlantique ont, en moyenne, accordé une hausse de 6% de leur contribution » ou quand le Département décidait au même moment « d’augmenter de 8,13% les crédits alloués au fonctionnement des collèges publics ».

40% de ses collégiens dans le privé

Laurent Turquois avait affirmé que le Département ne prenait pas la bonne décision en voulant baisser le forfait des collèges privés.

Dans un Département qui accueille 40% de ses collégiens dans le privé, la baisse du forfait rallumerait la guerre public / privé.

Dans sa conclusion, Laurent Turquois affirmait : « J’ai la conviction que l’idéologie ne doit pas l’emporter. Je le dis également à nos collègues de la majorité départementale qui certains ont été interpelés et ont rencontré leurs chefs d’établissements, qui pour certains ont scolarisé leurs enfants dans le privé, faites comprendre la réalité de ces établissements à votre majorité. Car les effets de décisions dogmatiques seraient catastrophiques ».

Après ce nouvel épisode, les élus Démocratie 44 interpellent à nouveau le Président du Conseil départemental :

« Monsieur Ménard, il n’est pas trop tard pour rétablir la relation de confiance avec l’enseignement privé. Il n’est pas trop tard pour préserver les enfants des collèges privés. Il n’est pas trop tard pour faire preuve d’ouverture d’esprit et d’esprit de responsabilité. Et il n’est pas trop tard pour attribuer un forfait qui prenne en compte l’inflation, la hausse des coûts de l’énergie, des prix de l’alimentation… ».

Collèges privés de Loire Atlantique : la gauche départementale ou le dogmatisme en action est une Tribune Libre. Vous pouvez également soumettre vos articles à actu44[@]gmail.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page