Législatives 2024 en Loire-Atlantique

Dernière ligne droite avant le premier tour des législatives

Le département de la Loire-Atlantique compte 10 circonscriptions législatives et donc 10 députés depuis le redécoupage des circonscriptions en 2009.

Le premier tour des élections législatives, c’est dimanche 30 juin 2024.

Pour être élu au premier tour de scrutin, il faut recueillir la majorité absolue des suffrages exprimés et un nombre de voix égal au quart des électeurs inscrits. Au second tour, la majorité relative suffit.

Pour qu’un candidat ait le droit de se présenter au second tour, il doit avoir obtenu au premier tour un nombre de voix au moins égal à 12,5 % du nombre des électeurs inscrits dans la circonscription.

Quelques chiffres en Loire-Atlantique

– Nombre de circonscriptions : 10
– Nombre d’électeurs : environ 1 072 000 électeurs
– Nombre de bureaux de votes : 1132 bureaux de vote
– Nombre de communes : 207
– Nombre de candidats validés en préfecture : 63
– Nombre de procès verbaux contrôlés : 1339 procès verbaux (pour l’ensemble des bureaux de vote du département)

Le détournement de la marque Naolib

La Sémitan, réseau de transports de la métropole nantaise, précise dans un communiqué : « Des communications de nature politique et reprenant les éléments graphiques de la marque Naolib circulent actuellement. La Semitan  tient à préciser qu’elle n’est pas à l’origine de ces communications et que nous travaillons à les faire enlever dans les plus brefs délais. »

Dernière ligne droite avant le premier tour des législatives
La Tramway nantais sous sa livrée Naolib © Alain Moreau.

Alain Hunault et l’agriculture

Les trois principaux candidats dans la sixième circonscription de Loire-Atlantique étaient invités par la FNSEA et le JA le mardi 25 juin 2024. Julio Picho, Alain Hunault et Jean-Claude Raux étaient conviés chez Yoan Vêtu, qui élève des vaches laitières, producteur de légumes et qui méthanise, à la Croix aux Vents, à Petit-Auverné. La presse n’était pas conviée. Le candidat Alain Hunault, recordman du cumul des mandats revendique bien connaître le monde rural. Il nous explique dans Ouest-France  « Les installations engagées en matière d’écologie dans sa ville : les sentiers pédestres, la chaufferie bois et son réseau de chaleur couplée à la centrale thermique solaire. »

Tout le monde n’a pas le talent d’un Jacques Chirac, au Salon de l’Agriculture. Le maire de Châteaubriant aura beau s’habiller en bras de chemise ou en gentleman farmer, Non, vraiment, au cul des vaches, Alain Hunault n’en n’a pas l’envergure.

Lors de la Foire de Béré à Châteaubriant, Alain Hunault ne sait pas reconnaître un taurillon d’une génisse, une Holstein, d’une Rouge des Prés, Normande, d’une Blonde d’Aquitaine, même s’il a eu l’enfance dorée du pt’it veau de lait sous la mère.

Au sujet de la chaufferie bois, il oublie de dire la provenance du bois qui est utilisé. Il oublie également de préciser que la chaufferie consomme du gaz en proportion conséquente, gaz sous-traité par Cofély, filiale de Véolia.

Quant à la durée de vie d’un panneau solaire, elle est de vingt ans, mais son retour sur investissement est de trente ans. Cherchez l’erreur. Alain Hunault mène une ville qui vit sous perfusion des aides et subventions, il en résulte autant d’impôts.

Le candidat de droite ex LR porte plainte

Alain Hunault, candidat dans la 6ᵉ circoncription Châteaubriant-Ancenis dépose plainte car les panneaux installés pour la propagande électorale ont été recouverts d’affiches du Nouveau Front Populaire. Ces affiches ne proviennent pas de l’équipe de campagne de Jean-Claude Raux qui précise dans un communiqué :

« Je regrette comme M. le Maire de Châteaubriant cet affichage sauvage et irrespectueux. Dont je ne suis absolument pas à l’origine. Ancien maire, je connais toujours les règles en vigueur.

Je n’ai jamais commandé ce matériel électoral et ai toujours demandé à ce que seules mes affiches soient collées, et ce sur les panneaux officiels. »

Photo de Une : © Kylee Alons.

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page