Des portraits géants sur les façades des maisons

Des portraits géants sur les façades des maisons de Ruffigné, Jans et Saint-Julien-de-Vouvantes dans le nord de la Loire-Atlantique sont visibles lors des Journées Européennes du Patrimoine ce samedi 18 et dimanche 19 septembre 2021. Ces images géantes resteront en place quelques mois.

La confédération culturelle Kenleur et le cercle celtique La Pastourelle de Jans travaillent depuis plusieurs mois sur un projet à la croisée des chemins, à la rencontre du patrimoine et de la création artistique. Il s’agit là d’un projet qui se veut participatif, puisque la population a été associée à la démarche de collectage. Cet été, plusieurs silhouettes d’environ 6 mètres de haut et ayant subi un traitement graphique contemporain s’afficheront sur les façades de trois communes.

A l’origine, le vêtement traditionnel et populaire de Bretagne

Celui que l’on retrouve remarquablement bien conservé dans les musées et chez les collectionneurs, parfois de façon plus marketing sur les boîtes de gâteaux. Celui-là aussi qui fait encore partie de la vie des milliers de Bretons. Un vêtement étendard, porteur d’une identité revendiquée et apaisée, qui vit et continue à évoluer. C’est aussi l’envie d’interroger sur l’identité vestimentaire des territoires en Bretagne en général, mais également et surtout dans toutes les spécificités propres à chaque terroir. Dans le projet développé ici, seuls sont présentés des costumes du pays de la Mée. C’est ainsi l’occasion de rappeler que l’on ne portait pas la haute coiffe bigoudène ou les cols paillés de l’Aven partout en Bretagne. C’est aussi l’occasion de valoriser, le patrimoine local et d’ainsi en accompagner la réappropriation par les populations locales.

Textiles d’aujourd’hui pour des vêtements d’hier

Florian Ferré, concepteur du projet et graphiste de Kenleur, réinterprète les clichés anciens en laissant libre cours à ses inspirations. Textiles d’aujourd’hui pour des vêtements d’hier, couleurs parfois étonnantes et détonantes, maquillages d’inspirations diverses et notamment tribales. L’action de recolorisation de clichés en noir et blanc participe directement à leur « modernisation » . Le maquillage des visages permet aussi d’accentuer le caractère ethnique, tribal de la démarche. Quand le vêtement et ses annexes (tatouages, peinture corporelle…) disent qui l’on est, disent le monde.

C’est là l’occasion de toucher du doigt la notion éminemment complexe d’identité. Le besoin criant de réaffirmer que les identités se construisent par la relation à l’autre, par l’intégration de nouveaux courants. En matière de danse et vêtement traditionnels, il en fut constamment de même. Les populations locales n’ont eu de cesse d’incorporer les nouvelles tendances. De les digérer pour se les approprier et ainsi les intégrer à leurs pratiques quotidiennes. Valoriser les spécificités d’un territoire, c’est aussi un enjeu économique, touristique :  d’attractivité tout simplement. La Bretagne que nous défendons c’est cette Bretagne à la fois enracinée et ouverte aux autres cultures, une Bretagne qui bouge, qui évolue, qui intègre sans jamais cesser d’être la Bretagne !

Ce projet de street art contribue, nous l’espérons, à notre humble niveau, à lutter contre cet « effacement dans le partout pareil » (Eugène Guillevic).

Des portraits géants sur les façades des maisons

Vendredi 17 septembre à Ruffigné

19 h : inauguration de l’exposition de coiffes (du 18 au 30 septembre) à la bibliothèque de Ruffigné.
19 h 30 : découverte des collages urbains avec déambulation musicale (Trio Dousset/Bugel/Bourdeau) et dansée (Pastourelle). Lire aussi page 50.
20 h 30 : veillée de pays Contes et Chants assemblée de sélection pour le festival de la bogue d’or en partenariat avec le cercle celtique de Châteaubriant à la salle polyvalente.

Samedi 18 septembre à Ruffigné

10 h à 12 h : repassage de coiffes à la bibliothèque (Pastourelle).
15 h : Contes par la compagne le « Moulin à roulettes » à la bibliothèque.

Samedi 18 septembre à Jans (jardin public) :

17 h 30 : contes (le Moulin à roulettes)
18 h 30 : découverte des collages urbains avec déambulation musicale et dansée.

19 h : apéro chanté avec la chorale Méli-Mélo.

Dimanche 19 septembre à Saint-Julien de Vouvantes

9 h 45 : au départ de la médiathèque, balade contée, chantée, dansée et sonnée avec le Moulin à roulettes et la Pastourelle.

Et découverte des collages urbains et de l’exposition sur l’église de Saint-Julien de Vouvantes à la médiathèque intercommunale.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
0:00
0:00