Loire-Atlantique

Des visites-conseils pour valoriser les communes de Loire-Atlantique

Vingt-sept communes de Loire-Atlantique bénéficient des conseils de paysagistes pour mettre en valeur leur cité. C'est le dispositif « Fleurs et Paysages » du Département.

Des visites-conseils pour valoriser les communes de Loire-Atlantique, c’est le but du dispositif  » Fleurs et Paysages ».

Lorsque l’on est élu d’une petite commune, on est obligé d’attirer de nouveaux foyers, pour que la démographie soit équilibrée, que les classes ne ferment pas. Pour maintenir l’attractivité d’une cité, on convainc les commerçants de proximité de s’installer pour apporter un plus grand confort de vie aux habitants.

Les élus essaient également de jouer sur le tourisme. C’est gagné lorsqu’il y a un trésor patrimonial, un lieu chargé d’histoire, un site naturel, une rivière qui traverse la cité. Il convient de mettre tout cela en valeur, de restaurer, de communiquer.

Attirer de nouveaux habitants ou des touristes le temps d’une journée demande de fleurir sa commune. Et l’on ne fleurit pas une ville en commandant sur catalogue ou au pépiniériste.

des-visites-conseils-pour-valoriser-les-communes-de-loire-atlantique

Tout est histoire d’équilibre, d’harmonie

Le Département de Loire-Atlantique propose aux communes qui le désirent des visites-conseils.

Le dispositif  » Fleurs et Paysages s’inscrit dans une démarche globale de développement durable et de préservation de l’environnement et du patrimoine.

Un des objectifs est  d’améliorer le cadre de vie des habitants. Mais aussi de valoriser la commune, ainsi que les personnes en charge des Espaces Verts.

Cette année, ce sont 27 communes de Loire-Atlantique qui bénéficient des conseils. Boussay, Le Cellier, Couffé, Fégréac, Guémené-Penfao, Juigné-les-moutiers, Ligné, Loire-auxence, Machecoul-saint-même, Nozay, Paimboeuf, La planche, Plessé, Remouillé, Rouans, Saint-Aignan-de-Grandlieu, Saint-Jean-de-Boiseau, Saint-Philbert-de-Grandlieu, Sainte-Anne-sur-Brivet, Savenay, Séverac, Soudan, Sucé-sur-Erdre, Trignac, La Turballe, Villeneuve-en-Retz, et Villepôt.

En visite à Remouillé, ce mercredi 28 juin, Rémy Orhon, vice président tourisme du département a sillonné la commune. Raphaël Marchineau, des Espaces verts de Vertou, d’Émilie Gruit, paysagiste à Nantes Métropole et Eugénie Godeux du Département l’accompagnaient.

des-visites-conseils-pour-valoriser-les-communes-de-loire-atlantique
André Confolant, premier adjoint de Remouillé montre un panneau de l’Itinéraire Botanique. © Alain Moreau.

André Confolant, premier adjoint et Eric Caillaud, responsable des services techniques de Remouillé faisaient le tour du propriétaire.

La commune de Remouillé à de nombreux atouts

La rivière la Maine traverse de part en part la ville d’à peine 2000 habitants,située en Sud-Loire. Il y a des éléments patrimoniaux hérités du nom de Jean-Pierre Garreau, urbaniste et architecte nantais du 19ème siècle. On lui doit la réfection de la Cathédrale Saint-Pierre et Saint-Paul de Nantes, le passage d’Orléans. à Remouillé, il crée les Folies Garreau, un lavoir débarcadère,…Jean-Pierre Garreau, fut maire de la commune. Il visita le monde et ramena quelques curiosités de ses voyages. C’est ce patrimoine que la commune de Remouillé cherche à valoriser.

Échanges à bâtons rompus

Lors de la balade, le premier adjoint, le responsable des service techniques et les conseillers ont échangé. Lors d’une visite de terrain, on aborde concrètement les problèmes. On envisage les solutions.

Avant d’être le maire d’Ancenis que l’on connait, Rémy Orhon connait bien le sujet.  Il évoluait au service Environnement de Vitré, La Chapelle-sur-Erdre, puis Angers :

« Lorsque j’étais à la Chapelle-sur-Erdre, on avait décidé de fauches tardives et de laisser des gazons fleuris. Une grande liberté était laissée aux techniciens des Espaces Verts dans la façon de tondre. Certains dessinaient une pelouse à leur manière, laissant apparaitre de la vie. »

Et d’échanger avec le responsable des services techniques de Remouillé sur la fauche tardive : « Il est préférable de faucher que de broyer l’herbe. Lorsque l’on broie l’herbe, on détruit à coup sûr 90 % des insectes. »

Le diagnostic qualité des espaces publics et du cadre de vie

D’autres dispositifs sont également proposés aux communes pour améliorer le cadre de vie. Le conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement (CAUE) se déplace dans les communes qui en font la demande pour échanger avec les élus et les techniciens sur les questions touchant à la qualité des espaces publics et aux améliorations du paysage et du cadre de vie.

Les paysagistes du CAUE 44 réalisent un diagnostic individualisé d’une demi-journée, avec une visite de la commune. La commune reçoit ce diagnostic gratuit qui lui permet de prendre les bonnes décisions.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page