La CGT Châteaubriant appelle à manifester jeudi

Le syndicat appelle à manifester pour de meilleurs salaires, sur le coût de l'énergie et sur les retraites

La CGT Châteaubriant appelle à manifester jeudi 10 novembre, à 10h30, devant le Théâtre de Verre, Place Charles de Gaulle.

L’inflation s’élève à 6.8 % sur un an et pourrait approcher les 10 % d’ici à la fin de l’année. Selon le ministère du Travail (Dares), en euros constants, les salaires ont baissé de 2.3 % pour les ouvriers, de 2.6 % pour les employés et de 3.7 % pour les professions intermédiaires et les cadres !

Pendant que les prix flambent, et menacent la capacité de nombreux salariés, retraités, privés d’emploi à vivre décemment, la fortune des plus riches explose. Les dividendes versés aux actionnaires ont progressé de 32.7 % en un an !

Les bénéfices du CAC 40 au 1er semestre 2022 s’élèvent à 72.8 milliards d’euros, soit 53 % d’augmentation par rapport au 1er semestre 2019 !

En choisissant délibérément de parler de pouvoir d’achat sans parler de salaires, le gouvernement choisit de pénaliser une énième fois les salariés les plus précaires et l’ensemble du monde du travail à travers le tassement des grilles vers le bas et l’affaiblissement du financement de notre système solidaire de sécurité sociale (75 milliards d’exonérations de cotisations sont offerts aux entreprises en 2022).

72.8 milliards d’euros de bénéfices du CAC 40

A travers ces choix ultralibéraux il participe activement à la dévalorisation des qualifications et pousse les salariés à faire d’autres choix de vie, de métiers.

Dans de nombreux lieux de travail, les salariés se mobilisent et gagnent des augmentations générales de salaires. Au lieu d’augmenter le SMIC, au lieu de prendre des mesures contraignantes pour obliger les employeurs à augmenter les salaires, le gouvernement répond par des primes et des « chèques inflation », sous condition de ressources.

Résultat : des mesures ponctuelles et insuffisantes, qui excluent une partie des salariés et fragilisent les ressources de notre système de Sécurité Sociale.

Pire, le gouvernement a décidé de jouer la provocation en augmentant l’âge de départ à la retraite ! Il est même prêt à un passage en force en intégrant cette disposition dès cet automne dans le projet de loi de financement de la Sécurité Sociale. Le sujet est grave et vient se rajouter aux attaques sur les droits à l’assurance chômage.

Alors que notre système de retraites n’est pas en péril, l’objectif est clair : réduire le montant des pensions en allongeant la durée d’activité des travailleurs et travailleuses.

Le MEDEF ne demandait pas mieux ! Clairement, le gouvernement veut nous faire payer une crise économique
dont il est le principal responsable, tout en protégeant les profits et les dividendes des actionnaires et des grands patrons.

Alors oui, fin de l’abondance pour le patronat et tous ceux qui ont profité de la crise et qui continuent la course infernale aux profits.

Les travailleurs et travailleuses ne peuvent plus se contenter de miettes issues de leur production.

Ils et elles aspirent légitimement à maitriser leur travail et le fruit de celui-ci. Or les politiques menées creusent toujours plus les inégalités.

Les Non-dits de la retraite

37% des retraités perçoivent une pension de droit directe inférieure ou égale à 1 000 € brut par mois.
Le seuil de pauvreté est de 1 102 € par mois.
38 % des personnes de plus de 60 ans sont aujourd’hui en emploi. Reporter encore l’âge de départ ferait chuter les pensions qui sont déjà de plus en plus faibles du fait des précédentes réformes.
L’espérance de vie en bonne santé stagne à 64 ans en moyenne.

La CGT revendique

Le retour à une retraite à taux plein à 60 ans, avec un taux de remplacement minimum de 75 %.
Une indexation des pensions sur les salaires et non sur les prix.
L’ouverture ou la réouverture immédiate des négociations salariales dans les branches, entreprises et administration publique pour l’augmentation de l’ensemble des salaires.
Un SMIC à 2 000 euros brut par mois. Soit 15 euros de l’heure sur une base de 32 heures par semaine.

Une augmentation automatique de tous les salaires dès lors que le SMIC est revalorisé (rétablissement de l’échelle mobile des salaires).

L’augmentation du point d’indice dans la fonction publique dégagerait 6 milliards d’euros.
Imposer l’égalité professionnelle et salariale entre les femmes et les hommes rapporterait 5.5 milliards d’euros.
Supprimer les aides publiques aux entreprises, sans conditionnalité ou contrepartie rapporterait plus de 150
milliards d’euros.
Soumettre à cotisations sociales les dividendes pourraient rapporter 20 milliards d’euros.

Par notre mobilisation, nous avons gagné en 2020 l’abandon du projet de retraite à points.
70 % des français sont opposés au report de l’âge de départ à la retraite à 65 ans. Une majorité est même favorable à la retraite à 60 ans.

La CGT Châteaubriant appelle à manifester jeudi 10 novembre, à 10h30, devant le Théâtre de Verre, Place Charles de Gaulle.

Photo d’illustration CGT.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
0:00
0:00