Tribune Libre

La Gauche abandonne les communes et intercommunalités de Loire Atlantique

Dans une Tribune Libre, les élus départementaux de Démocratie 44 réagissent sur les nouvelles règles d'attribution des aides au titre du soutien aux territoires.

La Gauche abandonne les communes et intercommunalités de Loire Atlantique.

Le vote du budget 2024, le 27 mars dernier, constituait un premier signal d’alerte : la majorité départementale décidait de diminuer de 46% (- 10,2 M€) le budget alloué à la solidarité et la cohésion des territoires.

Ce jeudi 16 avril, la Gauche départementale a franchi une nouvelle étape en décidant de revoir l’ensemble des critères d’attribution des aides au titre du soutien aux territoires.

L’objectif unique de cette révision consiste à faire des économies : diminution des plafonds de subvention maximale sur le fonds école, instauration de plafonds de subvention maximale pour le fonds commune rurale et le fonds cœur de bourg, augmentation du nombre de tranches (de 3 à 5 catégories de communes) et diminution des taux de subvention par commune…

Le Département fait clairement le choix, une nouvelle fois, de s’attaquer aux communes et intercommunalités.

Avec ce nouveau dispositif, les aides du département seront moins importantes et les communes verront leurs subventions fortement diminuer.

Concrètement, de nombreux projets vont être mis en péril par ce désengagement massif de la majorité départementale.

Par ailleurs, alors que les communes de Pornic, Saint-Brévin et Guérande, bien que disposant d’une population supérieure à 15 000 habitants, étaient éligibles au fonds cœur de bourg en leur qualité de communes labellisées « petites villes de demain », le Département fait le choix, sans concertation, d’exclure Pornic du dispositif.

Cette décision unilatérale et non concertée pose question dans la mesure où le Département a cosigné une convention avec la ville de Pornic, Pornic agglo Pays de Retz, la Région et la Préfecture pour 61 actions de revitalisation du centre-bourg de Pornic.

Une fois de plus, le Président du Conseil Départemental et sa majorité issue majoritairement de la Métropole nantaise s’en prennent aux territoires périurbains, littoraux et ruraux et à leurs habitants.

Cette décision est la conséquence des difficultés financières du Département de Loire-Atlantique fruit de la mauvaise gestion de la collectivité.

AvantAprès
3 catégories de communes5 catégories de communes
3 taux de subvention : 30, 40 ou 50%5 taux de subvention : 20, 25, 30, 35 et 40%
Fonds école : subvention maxi. sur le mandat : 600 000 €Fonds école : subvention maxi. sur le mandat : 500 000 €
Études pour plan guide opérationnel : pas de montant maximal subventionnableÉtudes pour plan guide opérationnel : montant maximal subventionnable fixé à 80 000 €

Visuel de Une : Daniel Jolivet.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page