Le Club de la Presse Nantes Atlantique soutient ses confrères de Virgin Radio

Le Club de la Presse Nantes Atlantique soutient ses confrères de Virgin Radio. Le 7 octobre dernier, un projet de Plan de sauvegarde de l’emploi a été présenté aux représentants du personnel de Virgin Radio. Il vise à fermer 30 des 71 stations que comprend le réseau en régions… soit 26 antennes Virgin et 4 RFM… ce qui équivaut à la suppression de 34 postes : 30 journalistes et 4 animateurs. En Pays-de-la-Loire, les journalistes de Saint-Nazaire, d’Angers et du Mans sont concernés. Ce n’est pas le cas en revanche des postes de Nantes et La-Roche-sur-Yon.

Le groupe Lagardère-Bolloré justifie ce projet de PSE par une baisse globale de l’écoute des radios et spécifiquement des radios musicales concurrencées par les plateformes de streaming telles que Spotify et Deezer.

Suppression de 34 postes : 30 journalistes et 4 animateurs

Pour les syndicats CGT et CFDT, cet argumentaire est « totalement infondé sur le plan économique et particulièrement injuste sur le plan humain ». Pour les représentants du personnel, la « gestion erratique du groupe suffit à expliquer » la baisse des audiences. Ce sont les « incohérences de la gouvernance choisie » qui en sont la cause. L’intersyndicale tient à préciser également que les deux radios ont permis au groupe de récolter plusieurs millions d’euros de dividendes en 2020 et ce, malgré la crise sanitaire… Ce qui rend « inepte » ce PSE.

Des réunions régulières se tiennent depuis entre représentants du personnel et direction. Le Groupe Lagardère-Bolloré souhaiterait finaliser les discussions d’ici la fin de l’année pour présenter son plan au Conseil Supérieur de l’Audiovisuel. Le CSA doit en effet se prononcer sur ce projet non conforme à ses critères. Il y a une dizaine d’années déjà un plan du même genre était sur la table : la dizaine de fermetures d’antennes envisagée n’avait aboutie qu’à 2 ou 3 fermetures. En 2018, la Cour d’appel de Paris a d’ailleurs confirmé au groupe Lagardère les critères du CSA par la jurisprudence en matière de Programme d’Intérêt Local. Qu’en sera-t-il cette fois-ci ? Le PSE sera-t-il jugé conforme à la convention radiophonique ? La réponse de l’autorité publique de régulation de l’audiovisuel n’est pas attendue avant le printemps…

En attendant, le Club de la Presse Nantes Atlantique tient à apporter son soutien entier aux journalistes de Virgin Radio et rappelle son attachement à la pluralité des médias qu’ils soient généralistes ou spécialisés, de presse écrite ou audiovisuelle, d’informations locales ou nationales.

 

Le Conseil d’Administration du Club de la Presse Nantes Atlantique

Articles similaires

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page
0:00
0:00