Loire-Atlantique

Le Département interpelle l’État sur la filière pêche

Un courrier alertant sur les menaces que fait peser le plan de sortie de flotte envoyé au Secrétaire d’État chargé de la mer.

Le Département interpelle l’État sur la filière pêche en Loire-Atlantique qui rencontre des difficultés.
En réponse à la restriction des droits d’accès dans les zones de pêches britanniques, le Gouvernement a annoncé le 17 février 2023 la mise en place du plan d’accompagnement individualisé (PAI) – lié au Brexit, aussi appelé plan de sortie de flotte.

La filière portuaire de Loire-Atlantique, et notamment les ports de la Turballe et du Croisic, ne s’en trouve que plus menacée. Un courrier, porté par le Département et signé par le Syndicat Mixte des Ports de Loire-Atlantique et les communes de La Turballe et du Croisic, ce lundi 3 avril à destination d’Hervé Berville, secrétaire d’État chargé de la Mer. Les signataires dressent un constat des difficultés du milieu portuaire. Ils invitent Hervé Berville à venir sur les Ports de Loire-Atlantique rencontrer les acteurs pour échanger sur l’avenir de la filière.

Un plan de sortie de flotte qui aggrave la situation des places portuaires de Loire-Atlantique.

Dans son courrier, le Département rappelle la situation des places portuaires de Loire-Atlantique, déjà en grande difficulté, touchées à la fois par l’explosion générale des coûts énergétiques et par la diminution progressive et continue de sa flotte de pêche, déjà réduite de près de 20% en 10 ans.

S’ajoute à ces difficultés l’annonce du plan de sortie de flotte de six armateurs sur l’ensemble de la Loire-Atlantique.

Le Département s’inquiète désormais de voir les droits de pêche, anciennement alloués aux bateaux concernés aujourd’hui par le PAI, être redistribués vers d’autres places portuaires.

Une redistribution qui aurait de nombreuses conséquences :

➔ Diminuer les apports aux criées de La Turballe et du Croisic. Fragiliser l’économie de la filière pêche sur le territoire. Affecter sévèrement l’ensemble de la filière et ses emplois (construction navale, mareyage,
distribution de proximité).

Le Département affirme son soutien aux travailleurs de la mer

Dans un contexte où il est plus que jamais important pour le pays de garantir sa souveraineté alimentaire du fait du contexte géopolitique troublé, il est d’autant plus nécessaire de préserver la filière pêche sur les territoires. Le maintien des droits et licences de pêche en Loire-Atlantique est primordial pour assurer le renouvellement des générations et l’installation de jeunes marins en Loire-Atlantique. Le Département incombe à l’État de mettre en œuvre des mesures permettant de garantir la préservation sur le territoire de la totalité des droits et licences de pêche.

Le Département interpelle l’État sur la filière pêche

Pour Michel Ménard, président du Département : « Le plan de sortie de flotte, associée aux nouvelles mesures de restriction de pêche dans certaines zones de l’Atlantique, menacent la pérennité de l’ensemble de la filière, de la pêche au distributeur de proximité. Face à ce risque de voir tout un pan économique de notre territoire disparaître, l’adoption de mesures concrètes et de long terme est indispensable pour permettre la préservation de réelles perspectives à la pêche en Loire-Atlantique ».

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page