Châteaubriant

Le récit d’un lanceur d’alerte : Pierre Hinard

Au lendemain de la décision de la chambre sociale de la cour d'appel de Rennes statuant en faveur de Pierre Hinard, annulant son licenciement de l'entreprise Castel Viandes, nous sommes allés le rencontrer chez lui, à la campagne, à quelques encablures de Châteaubriant.

Après 15 ans de combat, Pierre Hinard est heureux d’être reconnu « lanceur d’alerte » par la justice.

Actu44.fr : bonjour bien dormi ?

Pierre Hinard : Oui parce que comme on avait quand même eu une vraie bonne nouvelle et c’est une nouvelle qu’on attendait depuis 15 ans. Donc je c’est vrai que j’ai bien dormi hier soir parce que c’est quand même un soulagement d’enregistrer une belle victoire entière de savoir que mon licenciement est annulé que Castel Viandes est condamné.

Ça fait quand même du bien, ça rétablit la vérité, ça rétablit les choses. C’est quand même essentiel parce que le les combats des lanceurs d’alerte sont quand même très longs très difficiles on n’est absolument pas aidé le fait que la justice reconnaisse euh que je suis un lanceur d’alerte que la Convention européenne des droits de l’homme interdit de licencier une personne qui révèle des infractions qui mettent en danger la vie des consommateurs et bien ça vaut tout l’or du monde parce que jusque là, ils étaient tous dans la posture Pierre Hinard c’est un imposteur c’est un calomniateur. Bon il y a 2 ans, suite à ma plainte j’ai réussi quand même à ce que Castel Viandes et Jeff Viol personnellement soit condamné à 6 mois de prison et l’entreprise à 40 000 € d’amende au pénal.

Donc là déjà, la juge au pénal avait reconnu que j’avais subi des dénigrements et que j’étais déjà lanceur d’alerte mais je n’avais pas le statut de lanceur d’alerte puisque c’était le tribunal civil là qui allait me le donner. Là, le juge reconnaît c’est vrai que c’est un vrai précédent et c’est une première étape remarquable dans le combat des lanceurs d’alerte aujourd’hui

Actu44.fr : Quels ont été vos rapports avec les gens de Châteaubriant à l’époque des faits ?

Pierre Hinard : Et bien on ressentait une une vraie pression. Alors c’est vrai, qu’on avait pris, nous, l’habitude de ne pas en tenir compte personnellement. Mais, il y avait quand même beaucoup de regards de travers et de gens qui se laissaient intoxiquer par les conneries racontées disant vous rendez compte ça fait du mal à la ville vous rendez compte ?  C’est quand même très calomniateur, vous vous rendez compte ? On ne peut pas quand même penser que ça puisse être vrai parce que si c’est vrai c’est tellement inquiétant. Et puis bon, on a notre voisin qui travaille,  on a notre fille qui a travaillé ou l’ancien qui a travaillé Et puis bah tout ça, on veut pas voir en face et ce qui quand même dingue, c’est que tout le monde le sait quand vous vous parlez à bâtons rompus et que c’est pas devant une caméra, les gens vous disent mais mon brave monsieur Hinard, mais si vous saviez tout ce qu’on pourrait raconter, même avant même avant quand c’était le père.

A Châteaubriant, Castel Viandes se pensait intouchable

Donc effectivement tout ça les gens savent les salariés étaient les premiers concerné parce que quand je suis rentré dans l’entreprise, quand il a circulé la rumeur qu’ils allaient chercher à se servir de moi comme fusible que c’est-à-dire que pour rassurer leurs grands clients, Auchan, McDo et autres… Compte tenu que Jeff viol était pris la main dans le sac et que c’était lui qui était à l’origine des remballes et de la mise en danger sanitaire et bien il fallait vraiment trouver un fusible. Donc quand la rumeur a couru qu’ils allaient se servir du responsable qualité, les salariés de l’usine disaient mais c’est suicidaire c’est du grand n’importe quoi Pierre Hinard il a travaillé à sauver Castel Viandes il les a remis sur les sur les rails plusieurs fois il aurait pu vraiment taper bien avant mais Pierre Hinard c’est pas n’importe qui c’est le responsable qualité il est au courant de tout il a les preuves de tout c’est du grand n’importe quoi sauf que Jeff Viol pensait qu’il était intouchable que de toute façon avant moi il avait acheté leur silence parce que les gens étaient démissionnaires.

Le récit d'un lanceur d'alerte : Pierre Hinard

Actu44.fr : les élus vous ont soutenu ?

Pierre Hinard  : Alors ça, c’était une une remarque et une question que me faisait la presse en disant mais forcément parmi les élus  ils aurait dû être les premiers vu que c’était le l’industriel Castel Viandes mettait en risque la santé de la population  les élus ont forcément sont forcément montés pour vous défendre ben c’était l’inverse c’est à dire avant des élus qui m’écrivaient Amitiés Alain, après c’était les premiers sur la place publique à me calomnier en disant vous rendez compte il se permet de salir une si belle entreprise alors que même connaissaient la vérité de A à Z et que il m’avait demander de les rencontrer et de leur faire part et de voir visuellement les preuves et en disant mais Jeff il peut quand même pas faire ça

Actu44.fr : Vous vous êtes reconstruit ?

Oui, on a construit quelque chose de beau et sur la difficulté. Parce qu’en fait ils ont voulu absolument me faire bouffer la poussière et empêcher qu’économiquement je puisse rebondir. Mais notre force et notre indépendance et notre qualité et qu’elle est reconnue par les consommateurs. Donc, en fin de compte c’est ça qui nous fait vivre et aujourd’hui.

C’est bien aussi que la peur change de camp…

…parce qu’ils ont voulu me faire peur. Ça n’a jamais vraiment marché mais par contre il faisait régner un un climat de terreur le fait qu’il soit doublement condamné et que là mon licenciement est annulé et que je sois reconnu lanceur d’alerte. C’est vrai que c’est des choses qui vont vraiment durablement changer le regard des gens parce qu’ils lisent la presse. Ils sont pas idiots. Ils ont regardé France 3.

Et voilà et donc c’est maintenant la vérité est rétablie partout donc je suis réhabilité et il s’aperçoit aujourd’hui que finalement depuis le début je n’ai fait que dire la vérité et que il m’en a coûté cher mais que je n’ai jamais failli donc en fait je suis le meilleur ami du consommateur des enfants et de la vérité.

Castel Viandes se pourvoit en Cassation ?

Pierre Hinard : Et bien ça veut vraiment dire qu’ils ont peur de cette belle victoire et qu’en fin de compte ça c’est purement de la comme ça vaut rien ils l’ont toujours fait c’est-à-dire que quand j’ai sorti mon livre ils ont déposé plainte pour diffamation et 5 ans après ils ont retiré toutes leurs plaintes et mon livre a été considéré comme étant uniquement fait sur des faits réels

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page