Loire-Atlantique

Leclerc et Auchan épinglés pour vente illégale d’alcool aux mineurs

Vente d’alcool aux mineurs en Loire-Atlantique : Addictions France saisit la justice pour faire respecter la loi Association Addictions France engage des poursuites pénales contre Leclerc et Auchan pour vente illégale d’alcool aux mineurs dans quatre hypermarchés de la métropole nantaise.

Leclerc et Auchan épinglés pour vente illégale d’alcool aux mineurs. Les infractions constatées le sont dans les magasins Auchan de Saint-Herblain et Saint-Sébastien-sur-Loire et dans les magasins Leclerc de Saint-Herblain (Atlantis) et Rezé (Océane).

Mobilisée depuis 30 ans pour faire respecter la loi Evin, Addictions France intensifie ses efforts pour faire respecter l’interdiction de vente d’alcool aux mineurs. A l’issue d’une série d’achats test, l’association engage, devant le tribunal de Nantes, quatre procédures pénales à l’encontre des responsables de supermarchés des géants français

Quatre établissements sur 5 épinglés pour avoir vendu en toute illégalité

Les faits sont frappants : au cours d’une seule après-midi en avril dernier, Addictions France a fait constater par un commissaire de justice la vente d’alcool à un mineur dans quatre enseignes de la grande distribution de la métropole nantaise, sur les cinq visitées.

Ces constats sont loin d’être une surprise pour l’association. Ils ne font que confirmer l’enquête qu’elle avait menée il y a deux ans en Loire-Atlantique et dans le Finistère. Sur les 384 établissements testés, soit plus de 90%, (dont les 4 établissements visés par les procédures), seuls 28 respectaient l’interdiction de vente d’alcool aux mineurs. Un dispositif de sensibilisation était alors proposé à ces commerçants, mais très peu l’avaient suivi. Une nouvelle phase de test auprès de ces mêmes points de vente démontrait l’absence de changement dans leurs pratiques.

La protection des mineurs est un enjeu majeur !

Dans la région des Pays de la Loire, les chiffres de consommation d’alcool des jeunes de 17 ans sont alarmants. À 17 ans, 92% des jeunes ont déjà bu de l’alcool. 22% d’entre-eux déclarent des alcoolisations ponctuelles importantes répétées (plus de 2 par mois). Pourtant, la vente d’alcool aux mineurs est interdite afin de protéger les jeunes des risques. En effet, retarder l’exposition des jeunes à l’alcool, c’est éviter les dommages sur le cerveau des adolescents.

En engageant cette action inédite, Addictions France souhaite l’application de cette loi fondamentale qui fait partie des « interdits protecteurs ». Cette action, soutenue par le Fonds de lutte contre les addictions, s’appuie sur les recommandations scientifiques.

Pour Addictions France, il s’agit aussi d’envoyer un message clair. Ces enseignes, toutes signataires de la « Charte d’engagements responsables relative à la vente d’alcool » de la MILDECA (Mission interministérielle de lutte contre les addictions), devront prendre leurs responsabilités pour empêcher la vente d’alcool aux mineurs.

Addictions France appelle tous les acteurs compétents (distribution, police, justice) à se saisir de ce sujet sans délai. Il est urgent de prendre les mesures nécessaires pour protéger les jeunes contre ces pratiques illégales. L’association souligne l’importance d’une coopération étroite entre tous les acteurs pour prévenir et sanctionner la vente d’alcool aux mineurs.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page