Cinéma

« Les Algues Vertes » : le film qui dérange

Après la Bande dessinée sortie en 2019, sort sur les écrans « Les Algues Vertes », un long-métrage de Pierre Jolivet.

« Les Algues Vertes » : le film qui dérange, bientôt dans vos salles. Le long-métrage de Pierre Jolivet, tiré du travail d’Inés Léraud, journaliste, sur le désastre écologique des algues vertes en Bretagne.

Partenaires du nouveau long-métrage de Pierre Jolivet qui retrace l’investigation menée par la journaliste Inès Léraud sur le fléau des algues vertes en Bretagne, la LPO et la société de distribution Haut et Court, avec l’appui des paysans du réseau des Civam, organisent une dizaine de débats accompagnant les avant-premières à travers la France depuis le début du mois de juin 2023. Objectif : alerter sur les menaces sanitaires et écologiques liées à l’agriculture intensive et la production porcine industrielle et présenter les solutions existantes.

Le pullulement estival de l’algue verte Ulva armoricana, naturellement présente sur les côtes françaises, est apparu durant les années 1960 en Bretagne Nord, où sa croissance dans certaines baies s’explique par une faible profondeur, peu de courant et surtout, des eaux gorgées de nitrates. Leur provenance : les engrais agricoles et les déjections des animaux d’élevages industriels. Le problème est qu’en pourrissant sur la plage, les algues dégagent du sulfure d’hydrogène, un gaz qui, à concentration élevée, peut tuer en quelques minutes.

les-algues-vertes

Inès Léraud, journaliste courageuse

Malgré les pressions et les menaces, la journaliste d’investigation Inès Léraud a publié en 2019 la bande dessinée Les Algues Vertes, l’histoire interdite aux éditions Delcourt en association avec le dessinateur Pierre Van Hove, qui se vendra à plus de 130.000 exemplaires et suscitera de nombreuses controverses. Le 12 juillet, son histoire sera projetée sur les grands écrans.

En réunissant politiques, scientifiques et associations de défense de l’environnement*, l’équipe du film souhaite échanger durant les avant-premières. Et ce,  afin de sensibiliser le public à la nécessaire transition écologique et aux solutions existantes.

Sur les écrans de Brest le 15 juin, Angers le 18, Lille le 22, Nantes le 27, Lyon le 29.

Bruxelles le 4 juillet au Parlement Européen.
Nancy le 6 juillet, Paris le 6 juillet, Marseille (en attente de confirmation des dates).

L’algue qui cache la forêt

L’argent de l’État pour tenter de faire baisser les concentrations de nitrates, n’a rien produit. Tandis que le déni perdure, la dangereuse pollution végétale se reproduit chaque été. Les algues vertes sont l’une des conséquences d’un modèle agrochimique productiviste à bout de souffle qui affecte la nature. Ce modèle malmène l’autonomie de décision des paysans et la vitalité des territoires ruraux, depuis plus d’un demi-siècle. Une étude scientifique récente vient ainsi de démontrer la responsabilité des modes de production agricole. Et notamment l’usage massif de pesticides, dans l’effondrement des populations d’oiseaux en Europe. On constate un déclin de près de 60% en milieu rural depuis les années 1980.

À propos d’Inès Léraud

Inès Léraud a grandi dans le Maine-et-Loire. Installée comme journaliste d’investigation indépendante à Paris, elle vient en centre-Bretagne en 2015. Elle n’en repart finalement jamais. Devenir «locale» lui a été nécessaire pour s’immerger, discuter avec les témoins, gagner leur confiance et voir la parole se libérer sur un sujet tabou en Bretagne : le poids de l’industrie agroalimentaire dans le quotidien des gens.

En 2019 elle publie avec Pierre Van Hove «Algues vertes, l’histoire interdite» aux éditions La Revue dessinée – Delcourt, qui remporte 6 prix dont le grand prix du journalisme et le prix de la BD bretonne.

En 2021, elle co-fonde le média d’investigation indépendant Splann ! avec de nombreux confrères et consœurs travaillant en Bretagne.

*(LPO, Eau&Rivière de Bretagne, Réseau Civam, Alliance santé planétaire, Greenpeace…)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page