Loire-Atlantique

Les oiseaux marins protégés de Loire-Atlantique

Les espèces protégées de Loire-Atlantique au cœur d'une opération de contrôle de l'environnement marin.

Les oiseaux marins protégés de Loire-Atlantique sont mal connus du grand-public. Du 20 au 29 mai 2023, la délégation à la mer et au littoral de la direction départementale des territoires et de la mer de Loire-Atlantique a coordonné une opération inter-services de contrôle de l’environnement marin sur les sites les plus sensibles du département.

L’objectif était de sensibiliser les usagers du littoral aux enjeux des espèces sensibles du département et faire cesser les infractions à l’environnement.

Sensibiliser les habitués du littoral

Les services des affaires maritimes, de l’Office français de la biodiversité et de la gendarmerie maritime menaient sur dix jours des opérations ciblées sur le dérangement des espèces protégées de Loire-Atlantique. Parmi les sites visés les plus sensibles, l’île Dumet, sanctuaire pour les oiseaux marins, la baie du Mor Braz et ses radeaux de puffins, ou les gravelots à collier interrompu à Saint-Brévin-les-Pins.

Le public ne peut plus accéder à l’ile Dumet, sanctuaire pour les oiseaux marins, du 15 mars au 15 juillet par arrêté municipal. L’interdiction de débarquement protège ses habitants à plumes lors de la période critique de la nidification.

Le Puffin des Baléares est l’oiseau marin le plus menacé d’Europe

Cet oiseau a un risque d’extinction d’ici moins de 60 ans. Pendant sa période de mue (entre avril et novembre), il se concentre dans le Mor Braz sous forme de radeaux. Ses capacités de vol et de plongée pour se nourrir, sont très limitées et ses réserves énergétiques sont au plus bas. Vulnérable, sensible aux dérangements occasionnés par les activités en mer, il est nécessaire de réduire sa vitesse et de garder ses distances, de sorte à ne pas perturber la chasse ou le repos de cet oiseau, le forcer à s’envoler, le percuter, ou encore le capturer accidentellement.

les-oiseaux-marins-proteges-de-loire-atlantique
Gravelot à collier interrompu © dimitrisvetsikas1969

Le Gravelot à collier interrompu a élu domicile sur la commune de Saint-Brévin-les-Pins. Sa période de nidification se déroule d’avril à août. Durant cette période, il s’installe sur le haut des plages pour pondre ses œufs à même le sable. Ils sont difficilement identifiables entre la végétation pionnière des dunes, et la laisse de mer. Les menaces pour cette espèce protégée sont donc nombreuses. Le dérangement des oiseaux lorsqu’ils couvent, la destruction des nids et œufs écrasés. On voit également les poussins séparés de leurs parents, et la perturbation occasionnée par les chiens non tenus en laisse…

Des zones interdites à la circulation

À Saint-Brévin, on ne circule plus sur la plage de la Courance et la plage des Rochelets. Toutefois, de manière générale pendant la période de nidification, il est nécessaire de faire preuve de vigilance. Il convient de rester sur les sentiers autorisés et balisés. S’éloigner des hauts de plage et des dunes en arrière-littoral. Ou encore de maintenir une distance avec ces oiseaux.

Lors de ces dix jours, c’est près de 200 personnes sensibilisées aux espèces protégées en mer et à terre. On peut concilier les loisirs (promenade, plage, pêche à pied, sport nautique, plaisance) et la quiétude de la nature. Notamment en cette période de nidification des oiseaux.

Visuel de Une : le Puffin des Baléares en vol © Yann Brillant.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page