Loire-Atlantique

L’international à l’honneur de la course Pornichet – La Rochelle

Partis hier, en début d’après-midi, les 14 Figaro Beneteau 3 sont arrivés ce vendredi 14 juillet, au port des Minimes.

L’international à l’honneur de la course Pornichet – La Rochelle.

Encore une belle bataille lors de cette dernière course de ralliement entre Pornichet (Loire-Atlantique) et La Rochelle, la dernière ville étape du Tour Voile 2023. La tête de course a régulièrement évolué durant ces 120 milles de navigation. Le vent s’est une nouvelle fois fait désirer sur une partie du parcours, poussant certains équipages à opérer des stratégies différentes, à l’instar de Marine Nationale – Fondation de la Mer, arrivée en 7ème position.

Ce sont finalement les bateaux belge et suisse qui se hissent sur le podium un jour de fête nationale française. Les Suisses, CER Offshore – Ville de Genève, remportent cette étape en franchissant la ligne d’arrivée à 12 heures 45 minutes et 30 secondes. Équipe Bretagne Jeunes Habitable et Région Bruxelles Capitale complètent le podium.

Après un départ en baie du Pouliguen dans un vent de sud-ouest, d’une dizaine de nœuds, les concurrents se sont élancés au large dans un vent mollissant progressivement en fin de journée.

« La « pétole » s’est installée vers 22 heures, avant que les concurrents ne puissent reprendre un peu de vitesse aux alentours de deux heures du matin, explique Jean Coadou, le directeur de course. Il est ensuite monté en puissance, avec des rafales atteignant les 20 nœuds. »

En passant au niveau de l’île d’Yeu

Une partie de la flotte a d’ailleurs pu profiter de la douceur de cette nuit, tout en admirant les feux d’artifices qu’ils croisaient dans leurs sillages. « C’était assez chouette de voir ça à bord », décrit Philippe Hartz, skipper de Marine Nationale – Fondation de la Mer.

Malgré le spectacle pyrotechnique, le groupe de tête restait focus sur la meilleure stratégie à adopter. Des options divergentes en fonction des teams, à l’instar de Marine Nationale. L’équipage s’est échappé à l’Est de l’Île d’Yeu, alors que les autres concurrents ont préféré, quant à eux tricoter vers l’Ouest.

« Il y avait un choix à faire, détaille Philippe Hartz. Nous avons préféré continuer avec l’ancien vent pour privilégier le futur qui allait arriver. Ça marchait plutôt bien jusqu’à ce que l’entonnoir ne se resserre et que nous ne puissions pas saisir la porte qui s’ouvrait. Nous aurions sûrement été plus conservateurs si nous avions eu une autre place au classement provisoire. Mais c’est le jeu et nous avons perdu. Ça n’est pas passé loin de le faire. Nous savions cependant qu’il y avait un risque. »

Les Suisses en tête depuis la fin de la nuit

L’option des Suisses, 6ème au classement général provisoire, aura finalement été plus payante. Valentin Gautier, skipper du bateau CER Offshore Ville de Genève, est entré dans le port des Minimes le sourire aux lèvres et ses lunettes rose fluorescentes collées sur son nez :

« Ce sont celles de la victoire, s’exclame-t-il. J’avais prévenu que nous gagnerions cette étape et c’est maintenant chose faite. C’était chouette, nous étions dans les bons coups. Nous avons réussi à jouer avec les bons bateaux jusqu’à ce que certains optionnent à gauche et à droite. Grâce à mon expérience dans la Mini Transat, je savais que si nous avions des incertitudes, il fallait choisir la route directe. La nuit sous gennaker nous a permis d’allonger vers le sud quand le vent a oscillé juste avant Rochebonne, nous devons notre victoire à cette décision. Dès la fin de nuit, nous contrôlions nos adversaires. » Reste que les jeunes bretons ont continué à maintenir la pression. « C’était dur, il fallait tenir les six bateaux derrière qui n’attendaient qu’une petite erreur de notre part pour nous dépasser. »

Une course éprouvante

Cette dernière course de ralliement semble avoir été éprouvante nerveusement pour la majorité de la flotte. En effet, cette ultime étape au large, d’un coefficient 3, avait le pouvoir de rebattre les cartes du jeu. Et de faire perdre des places sur le podium aux leaders du classement général provisoire. Ça a d’ailleurs été le cas pour Marine Nationale – Fondation de la Mer qui pointe désormais à la quatrième place.

Le skipper Paul Morvan, d’Équipe Bretagne Jeunes Habitable a ainsi préféré rester prudent durant ces 120 milles. « Après un départ compliqué, nous nous sommes retrouvés avec quasiment deux milles de retard avec la tête de la flotte, cinq heures après le départ, confie-t-il. Heureusement, nous avons réussi à revenir dans le match grâce à un petit phénomène météo qui était de notre côté. Nous avions un super placement au coucher du soleil, et nous étions légèrement devant les Suisses. Nous nous sommes alors demandés quel était notre objectif de course. Était-ce de la gagner ou de terminer devant nos adversaires directs au classement : Dunkerque Voile et Marine Nationale. Nous avons alors posé le jeu et je pense que c’est ça qui nous permet d’assurer quelques points d’avance au général. »

Les Belges célèbrent leur 2ème podium du Tour Voile

Les concurrents ont passé le plateau de Rochebonne aux aurores, avant de progresser vers La Rochelle dans un vent de secteur sud-est, sous 17 nœuds et dans une mer formée. Les Belges, 8ème au classement général provisoire, tournaient dans le trio de tête depuis le milieu de nuit, n’évoluant qu’à quelques encablures des deux premiers.

« Nous sommes toujours contents de faire un podium, c’est carrément chouette, s’enthousiasme Timothée Deplasse. Toute l’équipe a vraiment progressé depuis le début du Tour Voile. Nous avons essayé de nous répartir les rôles. Célestin (Goubau) a barré, pendant que j’essayais de me concentrer sur la navigation… Nous ne sommes pourtant pas habitués aux navigations au large, mais nous avons réussi nos manœuvres en début de parcours. Notre podium s’est joué sur une manœuvre avec Réauté Chocolat. Nous sommes finalement parvenus à envoyer le gennak’ pour leur passer devant de quelques longueurs. »

Cette fin de Tour Voile 2023 semble de bon augure pour les équipages étrangers. Ils s’élanceront donc gonflés à bloc, demain, pour la dernière journée de compétition.

Grâce à leur deuxième place sur cette course de ralliement, les jeunes bretons creusent l’écart avec leurs concurrents. Ils pointent à 10,5 points devant Dunkerque Voile. Team ID Voile Passion Santé arrive à la 3ème place avec 25 points de retard.

Le classement général

©Jean-Marie LIOT Images / TourVoile

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page