Loire-AtlantiquePornicSortir

Audrey Lonca-Alberto et Paolo Rigutto, quatre mains pour un piano

Musica Pornic accueillait pour son premier Concertino de printemps ce samedi 2 mars, le jeune couple de pianistes Audrey Lonca-Alberto et Paolo Rigutto.

Audrey Lonca-Alberto et Paolo Rigutto sont nés tous deux dans des familles de musiciens, déjà dotés de plusieurs prix internationaux et lauréats de la Fondation Banque Populaire. Ils ont commencé à jouer à cinq ans, se sont rencontrés à quinze ans dans un stage de piano. Et ne se sont plus quittés, tout en développant leur carrière solo, en musique de chambre et en solistes avec orchestre.

Ils avaient choisi quatre œuvres pour ce programme, qui se complétaient comme un parcours de l’enfance à la maturité. Tout d’abord la sonate en do majeur K521 que Mozart a composée à Vienne le 29 mai 1787, le lendemain de la mort de son père, et l’année de son opéra Don Giovanni. Un Allegro plein d’élan et de vivacité, un Andante tendre et un malicieux Allegretto final.

La suite Dolly, de Fauré, est un ensemble de six pièces écrites en trois ans pour la fille d’une cantatrice aimée, à l’occasion des anniversaires de l’enfant : la Berceuse pour le premier, et les suivantes pour évoquer son frère surnommé Miaou, son petit chien Kitty, une statuette équestre qu’elle aimait et la douceur de l’enfance. Les interprètes nous en donnent une interprétation rêveuse, espiègle, énergique et tendre.

Audrey Lonca-Alberto et Paolo Rigutto nous font partager quatre compositeurs

Après une courte pause, vint la Fantaisie en fa mineur de Schubert. Composée l’année de sa mort et dédiée à la comtesse Esterhazy, dont il était tombé amoureux dix ans plus tôt. Alors qu’elle n’avait que 13 ans et qu’elle était son élève. Particulièrement mélancolique et tourmentée, elle est l’une des œuvres les plus célèbres pour piano à quatre mains, qui nous donne l’impression de nous retrouver dans l’intimité d’un salon de musique. Dernière œuvre au programme, les Danses norvégiennes de Grieg. Basées sur des airs traditionnels de son pays auquel il était très attaché, ont d’abord été composées pour le piano à quatre mains, avant d’être arrangées pour orchestre, d’où leur autre nom de Danses symphoniques.

En bis, deux airs célèbres de Peer Gynt, le vagabond aventureux en quête de son identité insaisissable. Œuvre que Grieg composa comme musique d’accompagnement d’un drame poétique d’Ibsen, dans laquelle les deux interprètes nous emmènent, vers des îles lointaines…

Alternant leur place et leur rôle au clavier.

L’un aux graves et à la responsabilité des pédales et l’autre aux aigus. Leurs mains virtuoses donnent quelquefois l’illusion de se croiser dans le reflet du couvercle du clavier.
C’est peu de dire qu’Audrey Lonca-Alberto et Paolo Rigutto nous ont donné le sentiment de partager un peu leur intimité avec ces quatre compositeurs. Comme dans un salon de musique réunissant des amis pour une soirée heureuse, avant de nous retrouver tous pour le cocktail convivial traditionnel.

A venir à Pornic

Musica Pornic accueille le samedi 23 mars le Quatuor Zemlinski. Venu de Prague où ils ont suivi les cours de deux célèbres quatuors que nous avons appréciés à Pornic. Les Talich et les Prazak.

Puis viendra l’ensemble vocal Résonance pour un programme de la Renaissance à l’église du Bourg du Clion le dimanche 28 avril (17h). Avant le retour du grand violoniste Laurent Korcia, accompagné au piano par François Dumont, le samedi 11 mai à l’Espace du Val Saint-Martin. Et la découverte d’Isabel Villanueva, jeune altiste espagnole, lauréate de nombreux prix internationaux le samedi 15 juin dans l’écrin de la Chapelle.

Informations et réservations à l’Office de Tourisme de Pornic ou à Musica Pornic.
(http://concertinosdepornic.weebly.com)

Agnès Florin, Professeur à l’université de Nantes.

Tags

Articles similaires

Fermer