Loire-Atlantique

Disparition de Louis Tardivel grand résistant

Louis Tardivel s'en va après un vie exemplaire. " Devant la montée de la xénophobie et du racisme, nous devons rappeler sans cesse l’Histoire et ses enseignements" aimait à dire Louis Tardivel.

Nous apprenons la disparition de Louis Tardivel, à l’âge de 93 ans. Grand résistant, il était un habitué de Châteaubriant où il participait au Musée de la Résistance. Durant la guerre, Louis Tardivel arrache les affiches de propagande allemande et couvre les murs de graffiti. A 17 ans, membre du Front national clandestin, il participe à un mouvement clandestin dans le sud des Côtes-d’Armor.

En 1939, à treize ans, au lycée le Braz de Saint-Brieuc, Louis Tardivel décide de résister contre l’occupant. Et avec ses camarades, pendant les vacances scolaires, il assure le convoyage d’agents de liaison et la distribution de la presse clandestine dans les Côtes d’Armor.

En août 1942, Louis Tardivel participe activement aux combats de la lande à Saint-Caradec et à la Croix du Pont Guemer. En décembre 1943, il échappe à une opération de la Gestapo qui arrête une vingtaine de lycéens. Durant 1943,  il œuvre à la mise en place de la 3ème compagnie du 4ème bataillon Valmy des Forces Françaises de l’Intérieur. Une compagnie chargée de déterminer les sites de parachutage destinés à l’approvisionnement en armes des maquis de Loire-Inférieure.

Louis Tardivel grand résistant s’investit dans le devoir de mémoire.

A l’après-guerre, il travaille à la société nationale des chemins de fer. Il cesse son activité en 1988 au grade d’ingénieur principal hors classe.

Conseiller auprès du président de la chambre de commerce et d’industrie des Pays de la Loire. Puis directeur du service aménagement et développement territorial. Il s’intéresse
aux dossiers d’aménagement du territoire.

Membre du conseil national de l’association nationale des anciens combattants de la Résistance, vice-président des Relais de la Mémoire. Il est également membre du comité départemental du souvenir des fusillés de Châteaubriant et de Nantes. Louis Tardivel mène une action auprès de la jeunesse et offre une contribution précieuse au devoir de mémoire.

Disparition de Louis Tardivel, réaction de Johanna Rolland

« J’ai appris avec tristesse la disparition hier de Louis Tardivel, à l’âge de 93 ans. Entré en Résistance à l’âge de 15 ans. Il se mobilise tout au long de sa vie pour maintenir le souvenir et honorer la mémoire de celles et ceux qui se sont battus pour notre liberté. Président départemental de l’Association nationale des anciens combattants de la Résistance, Louis Tardivel avait reçu la Légion d’Honneur en 2015. Il s’est éteint quelques jours après la Commémoration du 75ème anniversaire de la Libération de Nantes.

Je garde de Louis Tardivel l’image d’un homme engagé tout au long de sa vie au service de la transmission de la mémoire de la Résistance, et notamment auprès des jeunes générations. A travers ses nombreux témoignages dans les établissements scolaires et sa participation à l’organisation du Concours National de la Résistance, il mettait un point d’honneur à ce qu’au-delà de la mémoire de la Résistance, les valeurs universelles de Liberté, d’Égalité et de Fraternité se transmettent.

Son petit- fils, Alexandre Tardivel, lauréat du Concours de la Résistance, m’avait accompagnée l’année dernière au Mont Valérien, à la cérémonie de l’appel du 18 juin, pour être le porte-coussin de la médaille de la Croix de Compagnon de la Libération de Nantes.

J’adresse à sa famille, ses proches, ses amis, mes sincères condoléances. »

 

Visuel © Pascal Morel

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer