Nantes supprime 120 panneaux publicitaires

Nantes Métropole s’est engagée à repenser la place de la publicité en ville. D’ici 2024, au-delà de ce qu’impose désormais la réglementation nationale, il y aura 45 % de publicité en moins dans la métropole nantaise.

Nantes supprime 120 panneaux publicitaires en 48 heures.

Suite au débat sur la place de la publicité en ville, et dans le cadre du nouveau Règlement local de publicité (RLPm) approuvé à l’unanimité par le Conseil métropolitain en juin 2022,

Dans le cadre du marché public de mobilier urbain, JCDecaux accompagne Nantes Métropole et participe à atteindre cet objectif. Dans la nuit du 4 janvier et la journée du 5 janvier, elle a procédé à la dépose 110 de panneaux publicitaires de 8 m2 et 10 autres de 2 m2.

Disséminées sur 6 communes de la métropole nantaise, 19 équipes sont sur le terrain pour réaliser le chantier. Des nuisances sonores sont à prévoir ; les conséquences temporaires sur la circulation seront limitées à quelques endroits.

La réduction de la publicité en ville est une volonté politique des élus dans la métropole nantaise pour contribuer à améliorer le cadre de vie. Qualité du paysage, consommation énergétique, rationalisation de la place de la
publicité sont autant d’arguments avancés.

Un vote à l’unanimité

Pour réguler cette présence publicitaire, les élus et services de Nantes Métropole ont mené une réflexion approfondie, concertée avec les citoyens, partagée avec les 24 communes membres de la Métropole, ainsi qu’avec les entreprises et associations concernées ou impliquées. Ce travail, avec toutes les parties autour de la table, a permis d’élaborer un règlement ambitieux, complet, qui va plus loin que la réglementation nationale. Le premier Règlement local de publicité métropolitain (RLPm) a été voté le 30 juin 2022 à l’unanimité.

« La réduction de la place de la publicité sur l’espace public est un de mes engagements de mandat. Elle trouve une nouvelle traduction concrète dans cette opération coordonnée avec la dépose, en un temps record, de plus de 100 panneaux de 8 m2 et d’une dizaine de panneaux de 2 m2. Cette action permet de préserver la qualité de nos paysages. Et au-delà de la pollution visuelle, lumineuse et de la dépense énergétique, il se joue aussi notre relation à l’hyper- consommation » précise Johanna Rolland, maire de Nantes, présidente de Nantes Métropole.

Ainsi, Nantes Métropole est la première ville de France à renégocier un contrat de mobilier urbain qui lui était favorable. Puis le mettre en adéquation avec ses ambitions en terme de qualité de vie. Cela suppose à renoncer à des recettes budgétaires importantes (30 % en moins sur des recettes allant de 10 à 11 M€ par an).

La collectivité adopte un RLPm à l’unanimité. Elle lance dès ce mois de janvier la suppression de panneaux publicitaires sur l’espace public et invite les publicitaires à se mettre en conformité.

Nantes supprime 120 panneaux publicitaires et table sur la suppression totale du format d’affiches de 12 m²,
soit la dépose de 310 panneaux.

Visuels : Rodolphe Delaroque

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
0:00
0:00