Incendie Prairie de Mauves : la prise en charge des familles

Il y a six jours, un terrible incendie ravageait le camp de Roms des bords de Loire, à Nantes. On fait le point.

Incendie Prairie de Mauves : la prise en charge des familles victimes de l’incendie se poursuit.

Mercredi 10 août en fin de journée, la Ville de Nantes prenait en charge la centaine de familles victimes de l’incendie de leur camp dans l’après-midi, prairie de Mauves. Elle les a immédiatement installées au gymnase Raphaël Lebel à Nantes. Une seconde étape de mise à l’abri et de prise en charge démarre. Cela se fait avec les associations et acteurs institutionnels qui se sont réunis aujourd’hui.

« Nous accompagnons, avec l’aide de nos partenaires, les familles sinistrées. C’est un travail sur la durée qui s‘amorce pour trouver des solutions adaptées aux différentes situations » a réagi Marie Annick Benâtre adjointe au maire en charge des migrants de l’est.

Une centaine de familles prise en charge

La Ville de Nantes a pris en charge dès mercredi soir l’hébergement de la centaine de familles dans le gymnase Lebel au Grand Blottereau. Les services de la ville fournissent également des repas.

Les personnels de la Ville et de la protection civile encadrent au quotidien les familles, et dès le lendemain de l’incendie, jeudi 11 août, un suivi a été mis en place avec les associations dont Rom Europe, Trajectoire, Une Famille un toit…

Un nouvel échange avec les associations et acteurs a eu lieu sur place cet après-midi. 105 personnes sont encore aujourd’hui au gymnase. La Ville, avec ses partenaires institutionnels et associatifs, travaille aux solutions à déployer. Elle réfléchit à la prise en charge les familles au-delà de cet accueil d’urgence.

Pour info, la Loire-Atlantique est le deuxième département de France en nombre de bidonvilles, après la Seine-Saint-Denis.

Visuel : Illustration extraite du documentaire ” De vos propres yeux ” avec Rosch Dyzem.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
0:00
0:00