Étienne Audfray et Béatrice Boisseau-Chapuis à l’Atelier Legault

Étienne Audfray et Béatrice Boisseau-Chapuis à l’Atelier Legault à Pouancé ( Ombrée d’Anjou) présentent leurs œuvres jusqu’au vendredi 21 aout 2022.

Étienne Audfray (1922 – 2017) est né le 10 mars 1922 à Combrée – Ombrée d’Anjou (Maine-et-Loire).

Son grand-père et son oncle furent des peintres reconnus, puisqu’ils figurent dans la côte du Bénézit, son père était organiste, raisons pour lesquelles, peut-être, il a toujours été sensible à l’art.

Il s’inscrit à l’atelier de Picard, puis de Séverac et enfin de Petersen. Son métier de cartographe est un travail minutieux qui nécessite une grande habilité dans le dessin.

Le dessin est, en quelque sorte, la base de ses sculptures.

Voilà plus de cinquante ans qu’ Étienne Audfray pratique la sculpture. Il puise son inspiration dans les divers ateliers où il enseigne en faisant participer les étudiants au modelage et au dessin qui se font en commun.

Il peut étudier, d’après divers modèles vivants, des formes et des attitudes susceptibles d’aboutir à une “figure” qu’il peut alors affirmer de façon définitive dans son atelier de Bry-sur-Marne. Toute sculpture procède de ce cheminement.

Dessin, puis modelage, puis moule en plâtre jusque la fonderie où il contrôlera la fonte, la ciselure et la patine. Voilà en gros la démarche longue et successive d’un statuaire.

Le monument lui exige d’autres attention comme l’étude du site, du socle et surtout de l’environnement pour trouver sa place définitive dans la cité.

https://www.audfray.com/

Exposition organisée par Jean-Marc Bauquier pour le sculpteur Étienne Audfray.

Béatrice Boisseau-Chapuis, artiste peintre

Son goût pour la peinture se révèle dès l’enfance. A 13 ans, en Allemagne, elle vend ses premières peintures animalières. Pendant ses études de Lettres Classiques puis de Droit elle continue à peindre exposant dans des salons, dans sa fac. En 2001 elle quitte le milieu juridique pour se consacrer uniquement à la peinture. Elle fréquente alors plusieurs ateliers afin d’apprendre diverses techniques picturales anciennes et récentes. Elle s’inscrit également à l’atelier de sculptures de nus d’Étienne Audfray qu’elle suit pendant 4 ans.

On va retrouver cette constante dans sa peinture : la recherche technique que cela concerne les supports et leur préparation, les matières, les outils, les méthodes picturales. L’alchimie des mélanges la passionne, elle joue avec les pigments, les empâtements, les liants, les ajouts de matières diverses. Elle alterne ou associe colle de peau et médiums, huiles et acryliques, encres et brou de noix, pastels et craies, sables, ocres, terres, sciures de bois, d’aluminium, de fer…

L’alchimie des mélanges…

Utilisant les effets des réactions chimiques. Ayant appris la tempéra à l’œuf, la tempéra grasse et l’utilisation de la caséine, elle les détourne. Puis, elle les réintroduit dans des applications plus modernes. Tout est bon pour explorer la richesse et le rendu des matières. Les supports, également multiples – toiles, bois, carton, papiers, calque, verre, plexiglas – participent à la recherche picturale.

Elle expose depuis plus de 20 ans dans les salons parisiens et de provinces ainsi qu’à l’étranger. Elle y obtient prix et distinctions. On la retrouve en galerie ainsi qu’au Grand Palais. Publiée aux Éditions Abatte-Piolé en tant qu’artiste animalier elle se consacre depuis 10 ans à peindre la faune terrestre, nous invitant à nous interroger sur l’extinction des espèces.

Elle souhaite transporter émotionnellement l’interlocuteur par ses projections d’encres, de pigments, de matières et l’emploie de couleurs vives, puis en travaillant précisément certaines parties, le regard surtout. Chaque animal nous enthousiasme et nous guide vers une traversée onirique et positive tout en rappelant sa vulnérabilité par la fluidité du traité et l’absence de fond ou de biotope. Sa peinture est centrée sur le sujet uniquement, les éclabousse ou l’absence de contours précis donnent à penser à une disparition progressive mais pas inéluctable…

Facebook de Béatrice Boisseau-Chapuis.

L’Atelier Legault

Entrée libre.
Horaires d’ouverture
Jeudi , Vendredi : 14h – 18h
Samedi, Dimanche : 15h -18h30.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
0:00
0:00