Mon frère, Ma princesse

Au tout début "Mon frère, Ma Princesse", commence par Il était une fois Alyan, un garçon de 5 ans qui préférait les robes de fées aux ballons de foot.

Qu’est-ce qui fait qu’on est fille ou garçon ? Est-ce possible de ne pas naître qui l’on est ?

Le théâtre est aussi cet espace sensible où chacun, dès le plus jeune âge, peut saisir par la poésie ce que tout ça veut dire.

Alyan est un rêveur, pas un bagarreur. Nina, sa grande sœur, le protège contre les moqueries et cruautés dont il est victime. Mais en souffre autant que lui. Leurs parents peinent face à quelque chose de trop grand pour eux. Que faire quand quelqu’un qu’on aime est différent, que personne ne le comprend ?

Est-ce que, tout petit, on peut avoir le désir d’être autre ? Émilie Le Roux met en scène des spectacles pour les jeunes et traite ce sujet hyper-contemporain par le prisme de l’intime. Dans un décor en métamorphose, le texte de Catherine Zambon se révèle avec pudeur et sobriété. Il n’apporte pas de réponse aux questions qu’il pose, il ouvre des portes à la « magination » et à la compréhension.

Coproduction Espace 600, scène Rhône-Alpes / Grenoble, Le TrainThéâtre, scène Rhône-Alpes / Portes-lès-Valence
Avec le soutien du Centre Culturel de la Ricamarie, scène Rhône-Alpes, du Théâtre de Vénissieux, scène Rhône-Alpes
Remerciements Ateliers de construction de décors et de confection de costumes de la Ville de Grenoble ; Samantha Landreau.
Avec l’aide de Ellen Wille
Les veilleurs compagnie théâtrale est soutenue par la DRAC Rhône-Alpes, la Région Rhône-Alpes, le Département de l’Isère, la Ville de Grenoble, le Fonds SACD Théâtre, la SPEDIDAM, l’ADAMI
Crédit visuel Fanny Duchet & Éric Marynower
Crédit photographique Adrien Patry

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
0:00
0:00