Loroux-Bottereau : remous au collège Auguste Mailloux

Loroux-Bottereau : remous au collège Auguste Mailloux.

Dans un communiqué commun, le conseil local de la FCPE du collège Auguste Mailloux, les sections Snes-FSU, Sgen -CFDT et Sud-éducation du collège dénoncent. Nous publions cette tribune libre.

Parents d’élèves et personnels du collège Auguste Mailloux du Loroux-Bottereau, nous continuons de nous opposer à la décision soudaine et brutale des autorités académiques de permuter les principaux du collège Auguste Mailloux et du collège Victor Hugo de Nantes. Constatant que les autorités académiques n’entendent pas accéder à notre demande d’annulation de cette permutation, les parents d’élèves, soutenus par les personnels du collège Auguste Mailloux ont appelé ce vendredi 20 mai à une opération « Collège désert », largement suivie par les familles : seuls 32 élèves sur 612 étaient présents ce jour. Ils ont été pris en charge par l’équipe enseignante.

Ce communiqué vise également à clarifier un point essentiel dans le différend qui nous oppose au Rectorat. La crise que nous traversons n’a qu’une seule origine : la décision des autorités de permuter deux chefs d’établissement. Nous demandons de pouvoir terminer l’année avec les personnels de direction qui l’ont commencée.

Une mise au point s’impose également quant à la situation du principal qui arrive dans notre collège

Nous n’avons aucune responsabilité dans la réputation qui le précède. Le fait qu’elle ne soit pas à son avantage vient essentiellement du fait que le Rectorat ait jugé nécessaire de le déplacer en urgence. Nous avons conjointement, parents et enseignants, systématiquement veillé à ce que notre communication ne contribue d’aucune manière à la propagation de rumeurs. Nous sommes également très explicites entre nous, parents et enseignants, sur le fait que nous n’avons aucun grief contre ce chef d’établissement que nous ne connaissons pas.

C’est pourquoi nous n’accepterons pas que d’aucuns s’avisent de faire courir des bruits selon lesquels les enseignants ou les parents se livreraient à un « lynchage » ou seraient dans une
logique de règlement de comptes. Ce serait purement diffamatoire. Si des rumeurs mettent à mal la dignité et la personne du principal qui a été affecté dans notre collège, il appartient au Rectorat qui l’a mis dans cette situation de faire le nécessaire pour les démentir et pour le protéger. Ce serait un comble de nous demander de nous y substituer.

Nous le réaffirmons, notre mobilisation n’a qu’un seul objectif : la révision de la décision brutale et soudaine du Rectorat et la possibilité de terminer sereinement l’année scolaire avec les personnels de direction qui l’ont commencée.

Plus que jamais, parents et enseignants restons mobilisés et unis.

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
0:00
0:00