Justice

Un ancien candidat RN aux législatives condamné pour son « harcèlement moral » sur la maire de La Couyère

Le tribunal correctionnel de Rennes a condamné, ce mardi 19 septembre 2023, un candidat du Rassemblement national (RN) aux dernières élections législatives pour avoir harcelé pendant près d'un an la maire de La Couyère (Ille-et-Vilaine) Jacqueline Sollier.

Un ancien candidat RN aux législatives condamné pour son « harcèlement moral » sur la maire de La Couyère (Ille-et-Vilaine).

Malgré un premier dépôt de plainte à son égard, Gabriel Orain avait « continué à contacter » la maire de La Couyère : un psychiatre a relevé chez elle « des troubles du sommeil, des ruminations anxieuses et des conduites d’évitement qui impactent de manière significative la réalisation des actes de la vie quotidienne ». Jacqueline Sollier s’était ainsi vu prescrire une interruption totale de travail (ITT) « supérieure à huit jours ».

Mais, pour Gabriel Orain, son comportement n’est « pas abusif » mais « réactif » ; s’agissant de ses emojis « têtes de mort », c’était en fait pour signifier que « l’antenne qui est un poison ».

Un  » Zorro » devenu « harceleur »

De plus « [les élus] salissent la commune, ils se foutent de ma gueule », a-t-il grincé. « Je ne lèverai pas la main sur ce genre de personnes, sur une femme, je ne suis pas un violent, mais à un moment il faut taper du poing sur la table », a-t-il martelé.

Pour le procureur de la République, Gabriel Orain est avant tout « un individu buté, obstiné, enfermé dans ses certitudes » et se comporte « comme un censeur de la mairie » et « en Zorro ». D’un point de vue pénal il est surtout « devenu un harceleur », dans un contexte où il y a « assez de menaces contre les maires, premier échelon de la démocratie locale en France ».

Le représentant du parquet de Rennes avait donc réclamé sa condamnation à 4.000 € d’amende dont la moitié assortie d’un sursis, en plus d’une inéligibilité pendant deux ans.

« Franchement, j’hallucine : à chaque fois que j’ai été voir la maire c’est pour des problèmes de sécurité, pour avoir la tranquillité chez moi, c’est quand même pas sorcier à comprendre ! », s’est défendu le retraité, pour l’heure jamais condamné. Mais Gabriel Orain a écopé malgré tout d’une amende de 2.000 €, dont la moitié avec sursis, et d’une inéligibilité pendant un an. Il devra enfin verser un euro « symbolique » à sa maire pour son préjudice moral.

/CB (PressPepper). Visuel Google Maps.

Un ancien candidat RN aux législatives condamné pour son « harcèlement moral » sur la maire de La Couyère (Ille-et-Vilaine) est un article de la rubrique Justice.

Bouton retour en haut de la page