Le bizuth Guillaume Pirouelle s’adjuge la victoire à Royan

Décidément les Bizuths frappent un grand coup cette année ! Pour la première fois de toute l’histoire de la course, deux étapes sont remportées par des Bizuths.

Le bizuth Guillaume Pirouelle s’adjuge la victoire à Royan.

Ce qu’il faut retenir (classement avant jury) :

Guillaume Pirouelle (Région Normandie) bizuth remporte la deuxième étape Port La Forêt – Royan après 3 jours 17h 28mn et 26sec de course.

Achille Nebout (Amarris- Primeo Energie) arrive deuxième, 3 minutes et 19 secondes après Guillaume et 15 minutes et 48 secondes devant Tom Laperche (Région Bretagne – CMB Performance) après 3 jours 17h 31mn 45 sec de course.

Tom Dolan (Smurfit Kappa – Kingspan) décroche le Vivi Trophy après 3 jours 18h 19mn 33sec de course.

Après Davy Beaudart à Port-La-Forêt, c’est au tour Guillaume Pirouelle (Région Normandie) de s’imposer ici à Royan devant Achille Nebout (Amarris – Priméo Énergie) et Tom Laperche (Région Bretagne – CMB Performance). Première participation, première victoire d’étape : le normand est décidément bien précoce.

Concernant le Vivi Trophy, prix qui récompense le 1er étranger, c’est Tom Dolan (Smurfit Kappa – Kingspan) qui s’adjuge la victoire.

On le savait bourré de talent, lui qui possède déjà toute une panoplie de trophées de champions du monde glanés sur les circuits 420 et 470. Vainqueur du Tour de France à la voile en 2019, Guillaume Pirouelle poursuit son éclosion, en 2020, en intégrant le dispositif “Jeune Talent Normand”, parrainé par Alexis Loison (13 participations à La Solitaire du Figaro à son actif), avec lequel il court toutes les courses en double, l’an passé. Le garçon apprend vite, très vite !

Avec 3 podiums des quatre courses d’avant-saison, on savait déjà qu’il fallait compter avec lui sur cette Solitaire !

Il s’avoue volontiers, “plutôt conservateur” dans ses options ; son “parrain” Alexis Loison lui confère beaucoup de qualités : “Ce garçon est bluffant ! Il est mature, bosseur et ne refait jamais la même erreur.”

Sur cette manche, la régularité a payé

A priori, Guillaume Pirouelle semble avoir bien retenu les leçons de sa première étape qu’il avait, déjà, très bien terminée en sixième position ! Dans le coup, dès le début d’étape, il n’a rien lâché pour finalement s’imposer avec beaucoup de bonheur, ici, à Royan.

Achille Nebout (Amarris- Priméo Energie) lui aussi est vraiment heureux de cette deuxième place qu’il a été chercher “loin, très loin” avoue-t-il ! Effectivement, Achille a tenu bon sur cette étape, ultra régulier et continuellement placé dans le top 5, le montpelliérain rend sur cette deuxième étape, une très belle partition. Cerise sur ce joli classement, son temps de course sera augmenté de la bonification de temps remportée lors du Sprint intermédiaire.

Le valeureux Tom Laperche (Bretagne – CMB Performance) complète ce joli podium. Le Trinitain qui a mené la quasi-totalité des débats a presque réussi à résister aux assauts et attaques régulières et répétées de ses concurrents. Une petite molle aura eu raison de sa ténacité sur la toute fin d’étape. Mais, Tom est ravi de ce résultat d’autant qu’il sait combien les victoires sont compliquées à aller chercher.

Tom Dolan (Smurfit Kappa – Kingspan), 5ème de l’étape, remporte le trophée Vivi récompensant la meilleure performance d’un skipper étranger.

A son arrivée à Royan, Tom est fatigué. Le visage marqué de l’Irlandais laisse deviner toute l’intensité qu’il a mis dans cette étape. Parti à la côte hier matin, le marin a choisi d’y rester juste “pour être au vent de la flotte”, ne découvrant que ce matin, à la VHF, qu’il avait mené la flotte pendant près de 12h ! Une jolie satisfaction qui viendra s’ajouter au plaisir pris sur l’eau lors des grands bords de débridés dans la Manche, un souvenir impérissable et des sensations indescriptibles à bord de ce Figaro Bénéteau 3.
Les premières réactions du podium (classement avant jury) :

1er / Guillaume Pirouelle – Région Normandie :

« Je suis super content, je sais au fond de moi que j’en suis capable après c’est autre chose de réussir à le faire, là, j’étais dans le coup depuis le début après on voit sur toutes les étapes à chaque fois qu’il y a beaucoup de changement de leader, que ça revient par-derrière, donc c’est toujours un peu compliqué, mais je n’ai rien lâché jusqu’au bout et il va falloir faire pareil sur la troisième !

C’est plutôt dans mon caractère de contrôler un peu ce qu’il se passe, je n’aime pas trop au contraire quand ça part dans tous les coins, mais de toute façon, on ne peut pas maîtriser ce que font les autres, et derrière, en fait, je ne les voyais même pas à l’AIS, ils ont tenté leur stratégie comme sur la première étape sauf que cette fois on est resté devant donc c’est bien, je suis content !

C’est plutôt dans mon caractère de contrôler un peu ce qu’il se passe

je n’aime pas trop au contraire quand ça part dans tous les coins, mais de toute façon, on ne peut pas maîtriser ce que font les autres, et derrière, en fait, je ne les voyais même pas à l’AIS, ils ont tentés leur stratégie comme sur la première étape sauf que cette fois on est restés devant donc c’est bien, je suis content ! Deux victoires de bizuths, c’est bien, il faut faire la troisième étape maintenant ! (rires)

Je pense que j’ai moins dormi qu’à la première étape, on a eu des conditions plus musclées et plus aléatoires aussi, mais au niveau de la fatigue, au moment de l’arrivée ça va toujours mais dans quelques heures, je pense que je vais être bien cramé ! Après, on a trois jours de récup qui ne vont pas être de trop. »

2ème / Achille Nebout (Amarris-Primeo Energie) :

« Je suis vraiment allé le chercher très très loin ce podium. C’était dur, très complet et très varié avec encore des retournements de situation, des regroupements. J’ai passé la majeure partir de mon temps dans les trois à quatre premiers, donc ça aurait été dur de ne pas y accéder et là, je suis vraiment allé le chercher, notamment hier dans la molle donc je suis vraiment trop trop content ! La bataille avec Guillaume (Pirouelle – Région Normandie) était vraiment sympa, cette nuit, en plus, il fait un magnifique vainqueur !

Je trouve qu’au début en tout cas au près j’ai pas tenté de grosse option. J’ai été assez leader dans mes décisions. Notamment sur les virements de bord donc ça j’étais assez content et ça marchait bien. Comme la météo était très incertaine sur la fin du parcours, je ne savais pas trop quoi faire donc à partir du moment où on doute. Moi, je ne suis pas quelqu’un qui m’écarte trop de la flotte, je trouve ça vraiment risqué. Par contre hier dès que j’ai senti qu’il fallait faire du sud pour récupérer le nouveau vent, je me suis quand même donné les moyens de le faire. Je me suis un peu écarté du groupe et ça a bien marché. Donc j’ai fait une petite attaque comparé aux autres, mais elle a bien marché !

Je me suis donné les moyens de le faire

On va voir ce que ça donne en temps ma bonification obtenue sur le sprint intermédiaire en début d’étape. Je pense quand même qu’il va y a avoir des écarts parce qu’il y avait un peu de distance dans la flotte. Donc on va voir ce que ça donne. Après il reste quand même une troisième étape, où va se passer encore plein de choses. Mais je suis content de m’être remis dans le match de cette manière sur cette étape-là. C’était important et voilà, c’est l’étape la plus aboutie que je n’ai jamais faite sur une Solitaire du Figaro. J’ai vraiment bien navigué du début à la fin. Et j’aurais peut-être pu la claquer si j’avais empanné trois minutes plus tôt ce matin, mais mis à part ça, c’était génial !

J’ai réussi à bien me reposer au début, vraiment beaucoup sur tout le bord de près vers Guernesey, donc j’ai bien passé les moments de vent fort. Et puis je me suis bien reposé aussi cette nuit. Donc non ça va franchement, je ne sens pas d’énormes lacunes de sommeil. Et physiquement ça va aussi, j’ai vraiment fait attention à moi sur cette étape : j’ai bien mangé, j’ai bien bu, j’ai bien dormi, donc c’est vraiment contrat rempli. »

3ème / Tom Laperche – Région Bretagne – CMB Performance :

« C’était une belle étape et je suis content d’arriver parce qu’elle a duré longtemps encore et qu’il y a eu beaucoup de retournements de situation, comme à chaque fois. C’est incroyable quand même. Tu te demandes un peu ce que tu fais là. Et si la régate commence 12h avant l’arrivée ou 24h avant l’arrivée, souvent ça suffirait presque !

Je pensais que le tour en Manche allait un peu écrémer la flotte, ça avait créé un peu de distance. Mais on s’est retrouvé de nouveau tous ensemble en Bretagne sud, hier matin. On n’était pas très loin. Et on est les trois premiers à récupérer le vent au large et à faire du sud pour récupérer le nouveau vent, donc voilà bravo à Guillaume et Achille ! On a fait un bon bord, moi, j’ai essayé un moment de glisser pour essayer de les doubler. Et puis je me suis arrêté dans la molle de dessous. Mais du coup, j’ai pris plus que si je n’avais rien fait.

Sur la dernière nuit le vent était faible et très instable en force et en direction. Donc il fallait beaucoup régler les voiles, sinon le bateau était vraiment arrêté. Et la mer n’était pas très facile. Donc ça demande de bien régler le bateau. C’était des conditions assez agréables depuis qu’on a envoyé les spi hier en début d’après-midi, jusqu’à la ligne d’arrivée là ça glissait plutôt pas mal donc c’était chouette.

Celle-là, il ne fallait pas la rater, maintenant, il reste une grande étape, avec un aller-retour dans le golfe de Gascogne. Et quand on voit ce qu’il s’est passé jusque-là il n’y a rien de fait du tout. »

1er Vivi Trophy : Tom Dolan – Smurfit Kappa Gingspan

« A la base, ce n’était pas prévu que je fasse une option. Je voulais juste être au vent de la flotte. J’avais vu sur les fichiers qu’il y avait plus de vent au nord, enfin, j’avais l’impression. Dans la nuit, la flotte s’est éclatée et j’ai un peu perdu tout le monde. Je me suis retrouvé avec 2/3 bateaux.

Je me suis dit que j’allais rester sur ce plan et suivre le vent Nord-Est. Ce n’était pas simple, c’était même complexe. Dans le vent fort, j’ai passé 14h00 assis à barrer, c’était un peu dur. Mais j’avais bien anticipé, j’avais bien dormi sur la partie au près. Quand ça a envoyé, j’avais les poches remplies de barres protéinées et de bouteilles d’eau et c’était parti ! C’était ouf, sous petit spi, incroyable. C’était la partie la plus intense, c’était génial ! J’avais un peu peur. Je n’avais pas fait de longue journée à la barre comme ça depuis la Mini 6.50 je crois. Mais ça l’a fait ! C’était très sympa !

Sinon, c’était hyper stable !

Le bateau va tellement vite, qu’il est hyper stable. Une fois lancé, il va tout seul. Il y avait de l’eau partout, j’ai pris quelques vidéos. C’était taré ! Heureusement que ça s’est un peu calmé en arrivant près d’Eddystone. Parce qu’il y a quand même pas mal de cailloux, tu arrives à 20 nœuds, c’est chaud. Mais ça s’est calmé pour la manœuvre !

Avec Erwan, c’était marrant, car on a passé le vent fort ensemble. On était tous les deux bord à bord et on se retrouve encore bord à bord à l’arrivée. On a fait des années de Mini 6.50 ensemble donc c’était sympa d’être collé à lui. D’autant plus que je suis devant cette fois !

Je suis mort, comme tout le monde, je pense. On n’a jamais eu de pause. On a eu 12h de baston et après direct dans la pétole donc c’était manœuvre, changement de voiles, stratégie, etc. Apparemment, j’étais premier pendant longtemps. Je ne savais pas, je n’avais pas le classement, j’ai su ce matin pendant la vacation sécurité. Ça fait du bien d’entendre ça après 6 heures à psychoter en mode pourquoi je suis parti tout seul par là ! »

Visuel ©Alexis Courcoux.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
0:00
0:00