Une deuxième étape musclée à venir…

Avec près de 635 milles au compteur, la seconde étape, qui sera lancée ce dimanche à 13h au départ de Port-La-Forêt, ne déroge pas à la règle.

Une deuxième étape musclée à venir…

Les parcours concoctés cette année par la direction de course et OC Sport Pen Duick, organisateur de La Solitaire du Figaro font la part belle au sport.

Les conditions risquent fort d’être musclées, avec une fin de course potentiellement orageuse en approche de Royan.

Pour ce deuxième jour d’escale à Port-La-Forêt, les skippers sont restés concentrés sur leur récupération : il s’agit de recharger au plus vite les batteries, de prendre soin du physique et du mental. Dans le bureau médical, sponsorisé par Medaviz, où est installée l’équipe des kinésithérapeutes et ostéopathes de l’organisation, les rendez-vous s’enchaînent, les corps se délient, le mental s’échappe, s’accorde un répit d’autant bienvenu qu’on le sait de courte durée. Car, pour tous, il faut déjà se replonger dans les fichiers météos, étudier le parcours, en déceler les pièges, et les opportunités à saisir.

Une étape éprouvante, technique, et engagée

Hier, vendredi, la direction de course, en concertation avec l’organisateur OC Sport Pen Duick, Météo Consult et le corps arbitral a choisi d’inverser le sens du parcours de cette deuxième étape. Après avoir déjoué les pièges de la côte bretonne, Raz de Sein et chenal du Four en tête, les 33 skippers s’élanceront directement vers les îles Anglo-Normandes.

Sur ce tronçon, il faudra être attentif aux renverses de courants et effets de site réputés dans le secteur, traverser la Manche et les rails de cargos pour aller doubler le phare d’Eddystone, au sud des Cornouailles.

La flotte entamera alors une longue descente vers le magnifique phare de Cordouan. Ce sera l’entrée de l’estuaire de la Gironde, inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Et enfin, après plus de trois jours de mer, les skippers approcheront Royan, port d’arrivée de cette deuxième étape.

Sur ce parcours de 635 milles, les conditions météo s’annoncent d’ores et déjà variées. Yann Chateau, Directeur de course, explique :

“On commencera la première journée, dimanche, et la première nuit sur un flux d’Est modéré à faible. Sur cette pointe bretonne, les courants vont donc avoir beaucoup d’importance. Ensuite, on arrive dans la Manche avec un flux de Nord-Est assez soutenu, de l’ordre de 25 nœuds, peut-être des rafales à 30, et une houle de 2 à 2,5 mètres.

Conor Fogerty abandonne La Solitaire du Figaro

Les marins devront louvoyer jusqu’au nord de Jersey avant de traverser la Manche au reaching. Ça promet 36 heures vraiment engagées pour les marins, bref, une partie d’étape pour les gros bras…. La descente vers le Four, devrait, elle, être très rapide, au portant avec une houle favorable, de quoi faire fumer les étraves et affoler les speedomètres. Pour le retour dans le Golfe de Gascogne, il y a encore un peu d’incertitudes, avec probablement de l’instabilité orageuse. A ce jour, les modèles ne sont pas encore tout à fait raccords, mais cette partie finale sera certainement très intéressante.”

Nicolas Lunven, double vainqueur de l’épreuve et routeur pour le Pôle Finistère Course au Large confirme : “Sur La Solitaire, il y a toujours beaucoup de difficultés. Déjà le départ ne sera pas simple. Dans du vent faible avec une transition à ne pas rater en fin de journée pour aller chercher le vent de nord-est synoptique qui va s’installer à la tombée du jour quand l’effet thermique va s’atténuer.

Ensuite, toute la partie en Manche, sera peut-être moins stratégique mais certainement exigeante en termes de navigation. Progresser au près dans 20/25 nœuds de vent, puis au largue serré, peut créer des écarts de vitesse. Le dernier point clé sera peut-être la situation orageuse. Elle peut potentiellement redistribuer les cartes, entre périodes de pétole et grosses rafales. La dernière portion de parcours risque d’être très aléatoire sans oublier l’arrivée dans la Gironde avec du courant qui peut soit tasser la flotte, soit au contraire creuser les écarts. On verra à Royan !”

De quoi agiter les cellules grises des marins, qui ne seront que 33 à prendre le départ. L’irlandais Conor Fogerty a signifié son abandon.  Le skipper, blessé lors de la première étape, a dû, en effet, renoncer à poursuivre l’aventure.

Suivre le départ de l’Étape – Dimanche 28 août

Port-La-Forêt – quai des commerces

8h45-9h35 : présentation des skippers sur la scène du Village de La Solitaire du Figaro
8h45 : ouverture du village
9h10-9h45 : appareillage des Figaro Beneteau 3
13h : départ de la deuxième étape.

Le départ sera retransmis en direct à partir de 12h45 sur un écran géant au Village.
17h : fermeture du Village de La Solitaire du Figaro à Port-La-Forêt

Les points de vue pour voir la sortie du port :

Plage de Kerléven
Pointe du Cap Coz
Les points de vue pour voir la zone et ligne départ :
Départ Plage du Cap Coz
Pointe de Beg Meil
Plage de Beg Meil

Suivre le départ à distance

Diffusé en streaming à partir de 12h45 sur :

le site internet : La Solitaire du Figaro
les réseaux sociaux de la course : Facebook – Youtube

Visuels ©Alex Courcoux : Ambiance sur le village de la Solitaire du Figaro – Port la Forêt le samedi 27août 2022.

Articles similaires

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page
0:00
0:00