Châteaubriant

Julien Balitch prend les commandes de la compagnie de Gendarmerie

Après une solide expérience de plus de vingt années dans la Gendarmerie, Julien Balitch arrive commandant de la compagnie de Châteaubriant et de ses brigades. Un territoire qui va de Saint-Nicolas-de-Redon à la Chapelle-Glain.r

Julien Balitch prend les commandes de la compagnie de Gendarmerie de Châteaubriant. Cet officier supérieur de 42 ans aura sous ses ordres un peu plus de 120 militaires, femmes et hommes pour un territoire qui s’étend sur 2100 km2, soit la superficie du tiers de la Loire-Atlantique.

Julien Balitch, nouveau chef d’escadron à Châteaubriant, remplace à ce poste, Gilles Maurer, parti rejoindre l’école des officiers de la gendarmerie de Melun comme cadre formateur, après quatre années passées sur le territoire du nord de la Loire-Atlantique.

Vendredi 4 août dernier, le commandant Balitch assistait à la commémoration de la Libération de Châteaubriant le 4 août 1944. L’occasion pour sa première sortie officielle de rencontrer des habitants de Châteaubriant.

L’officier supérieur entend continuer le travail entamé sur le territoire : « Je veux poursuivre la bonne dynamique installée par mon prédécesseur. »

D’un Château à l’autre

De Châteaulin à Châteaubriant, il y a 22 ans que M.Balitch a choisi d’être militaire en gendarmerie.

«  Je suis rentré en gendarmerie en 2001 à l’école de Gendarmerie de Châteaulin. J’ai fait 9 mois de formation et je suis rentré comme élève sous-officier.

J’ai commencé à servir en région lyonnaise pendant plus de 5 ans en brigade de Rieux-la-Pape et dans une communauté de brigades juste après, jusqu’en 2007. J’étais volontaire pour être officier. Il passe dès lors le concours interne, puis il rejoint l’école des officiers de Melun pendant 2 ans. »

Passionné de police judiciaire, Julien Balitch obtient une bonne note de sortie d’école d’officiers. Il choisit la brigade de recherche de Nancy où il était en poste pendant 4 ans.

«  Ensuite, j’étais affecté comme commandant en second de la compagnie de Coulomiers. Un grosse compagnie départementale, cela m’a permis de commander des dispositifs opérationnels. En Seine-et-Marne, il y a une grosse activité. »

Après ces quatre années, c’est le retour à l’école le Châteaulin où pendant un peu moins d’un an, M.Balitch dirige une compagnie d’instruction.  « J’étais responsable de 120 élèves en formation et je m’assurais en fait que la formation était qualitative pour les amener à être prêt sur le terrain.

julien-balitch-prend-les-commandes-de-la-compagnie-de-gendarmerie

A Châteaubriant depuis début août 2023

«  Je suis très content d’arriver sur ce territoire_Châteaubriant NDLR_ parce que il y a une forte activité. C’est un département qui est également très dynamique. On a pas loin de 4000 crimes et délits sur le territoire chaque année. Cela comprend les infractions commerciales, financières… La plupart des délits commis sont des vols, délits d’appropriation, vols à la roulotte….

L’objectif pour moi est d’assurer la sécurité des personnes et des biens. Mais également assurer la sécurité de mes gendarmes car on a des interventions qui sont de plus en plus violentes aujourd’hui. »

Aller au contact

Le souhait du commandant Balitch et d’aller au contact de la population du nord du département, aller au contact des maires. « Que nos gendarmes soient présents sur le territoire, qu’ils occupent le terrain. »

« On a beaucoup de missions diverses. Les priorités présentes et à venir sont la lutte contre les violences intra-familiales. Puis vient la lutte contre les stupéfiants et la lutte contre les phénomènes de délinquance. On peut avoir des raids de cambriolages. »

COB, Brigade, Compagnie…

Ici c’est simple. Sur la compagnie de Châteaubriant il y a trois COB*. On a la COB de Châteaubriant avec Châteaubriant et une brigade de proximité, la Meilleraye-de-Bretagne. On est ensuite la COB de Nozay avec la brigade de proximité de Derval. Et ensuite nous avons la COB de Blain avec la brigade de proximité de Saint-Nicolas-de-Redon.

Sur ce territoire très étendu, ce sont plus de 120 militaires qui assurent la sécurité de 100 000 personnes sur le tiers de la Loire-Atlantique. Un territoire peu urbanisé où il faut redoubler de vigilance.

« On travaille en toute confiance avec le sous-préfet. On travaille avec les maires des communes. De plus, à Châteaubriant, on a la chance d’avoir une police municipale.  On travaille très bien également avec les procureurs de Nantes et de Saint-Nazaire. »

Julien Balitch prend les commandes de la compagnie de Gendarmerie de Châteaubriant. Il connaît l’ampleur de la tâche qui l’attend.

Notre métier a du sens

« La bonne nouvelle est qu’il y a des engagements, les gens ont besoin de nous. Le gendarme qui se lève aujourd’hui, il sait pourquoi il le fait. Il sait que son travail va être utile.

La reconnaissance elle vient lorsque l’on met hors d’état de nuire un malfaiteur. Il y a également la reconnaissance des chefs et la reconnaissance de la population. C’est un métier humain un métier varié, un métier où on aide  les gens…»

*Les Communautés de brigades (CoB) et les Brigades territoriales autonomes (BTA) sont intégrées au coeur des territoires et des populations dont elles assurent la protection.  Les CoB et les BTA reçoivent l’appui du Peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (PSIG). Source https://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr

Visuels : © Alain Moreau.

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page